Après le rétablissement de la peine de mort, même pour les mineurs :

Maldives : les appels au boycott se multiplient


Publié / Actualisé
Après 60 ans de moratoire, les Maldives ont rétabli la peine de mort pour certains crimes, y compris pour les mineurs. Une décision contraire au droit international ayant déclenché plusieurs mouvements de protestation à travers le monde, notamment sur le web et les réseaux sociaux, appelant au boycott du tourisme dans ces îles parmi les plus prisées de l'océan Indien.
Après 60 ans de moratoire, les Maldives ont rétabli la peine de mort pour certains crimes, y compris pour les mineurs. Une décision contraire au droit international ayant déclenché plusieurs mouvements de protestation à travers le monde, notamment sur le web et les réseaux sociaux, appelant au boycott du tourisme dans ces îles parmi les plus prisées de l'océan Indien.

Ce n’est pas la première fois que la situation aux Maldives suscite des mouvements de protestation. L’islam y est religion d’État, la charia y est force de loi. Déjà en mars 2013, une pétition en ligne appelant au boycott avait été lancée sur le site avaaz.org suite à la condamnation d’une adolescente de 15 ans, fouettée après avoir été inculpée d’adultère alors qu’elle avait été violée.

Mais depuis le début de ce mois de mai, l’indignation a pris une autre ampleur, avec le rétablissement de la peine de mort pour certains crimes, y compris pour les mineurs. Une décision prise par le président Abdulla Yameen Abdul Gayoom pour renouer avec la charia. L'âge de la responsabilité criminelle étant fixée à 10 ans, des enfants seront ainsi soumis, au même titre que les adultes, au retour de la peine capitale. Ils seront exécutés à leurs 18 ans.

Le 7 mai, l’historien Giuseppe Di Bella a été l’un des premiers à se mobiliser en appelant au boycott dans une tribune parue sur le nouvelobs.com. "Pour moi, c’est certain qu’en l’état actuel des choses, les Maldives sont une destination touristique à fuir absolument…", concluait-il.

Ce mardi 20 mai, c’est sur RMC que le fondateur de Nouvelles Frontières, Jacques Maillot, a lancé le même type d’appel, s’adressant aux voyagistes et aux compagnies aériennes. "Il y a moyen de peser, d’asphyxier le pays et d’arriver à renverser ce pouvoir qui est en place depuis 2012", a-t-il estimé. "Je vais prendre contact avec l’ensemble des voyagistes. Je lance un appel aux voyagistes, aux compagnies aériennes pour une action immédiate", a-t-il ajouté.

Beaucoup d'autres réactions ont également émergé sur les réseaux sociaux :

 

   

6 Commentaire(s)

Elisa, Posté
Il ne faut en effet pas confondre radicaux et musulmans, ce sont presque deux apposés !
Mais boycott aux Maldives car la peine de mort pour les mineures est un acte absurde. Il faut davantage en parler, faire connaitre la réalité (les messages ne sont pas assez entendus), ainsi, ça bougera !
Ali, Posté
@ Yannique, pourquoi cette prise à partie de l'islam ? D'où tenez vous que l'islam prône l'assassinat d'enfants ? Affirmer cela, c'est aussi affirmer que les inquisiteurs qui ont semé la terreur au moyen âge en brulant sorcières et satanistes présumés étaient les tenants de la vraie religion catholique ! Réfléchissez avant d'écrire des insanités dictées par votre haine des Musulmans
Yannique, Posté
Qui a dit que l'islam était une religion "comme les autres", je viens d'apprendre que les Maldives étaient à présent sous la coupe d'une théocratie islamiste. Allons-nous continuer à laisser cette expansion de retour vers le PASSE.
En effet, coupons leur les vivres que la population réagisse. Ce qui m'indigne est que le XXIème siècle puisse produire ce genre de politique et de gouvernement ????? A qui profite le crime ?
Patrice97400, Posté
moi je suis pour la peine de mort surtout en france tu tue tu viol tu na pas le droit d'être sous la coupe de l'état blanchi nourrie logée et méme payer alors stop
Jean-marc, Posté
boycott des maldives oui commencons par supprimer toute relation commerciale avec ces barbares
Racine S et des ailes, Posté
Je suis profondément déçu de ne pas avoir entendu le Président de région, le président des Îles vanilles mettre à l'ordre du jour cette question soit au niveau de la coopération régional ou de la grande messe à Madagascar, il y a quelques jours.
Surement que la vie humaine est moins importante pour ce monsieur, que l'argent que peut rapporter à un petit cercle d'amis de réseau.
Quelle belle image de philanthrope?