Les Avirons - Mobilisation contre la carrière de Bois Blanc :

"Touch pa nout roche Bois Blanc !"


Publié / Actualisé
A l'appel du collectif contre la carrière de Bois Blanc, plus de 400 personnes se sont rassemblées à l'école Paul Hermann des Avirons ce samedi 30 mai 2015. Le rassemblement était placé sous le thème "tout pa nout roche bwa blan !". Pour rappel, les galets prévus à l'extraction serviront au chantier de la nouvelle route du Iittoral
A l'appel du collectif contre la carrière de Bois Blanc, plus de 400 personnes se sont rassemblées à l'école Paul Hermann des Avirons ce samedi 30 mai 2015. Le rassemblement était placé sous le thème "tout pa nout roche bwa blan !". Pour rappel, les galets prévus à l'extraction serviront au chantier de la nouvelle route du Iittoral

Les responsables du collectif ont  expliqué les risques sanitaires et environnementaux sur la faune, la flore et la mer qu'ils estiments liés à une éventuelle exploitation de la carrière de Bois Blanc. Ils ont également mis l'accent sur les dangers que l'extraction massive de roches feraient courir aux habitants.

Un échange a ensuite eu lieu entre les participants et les responsables du collectifs. Plusieurs "actions fortes sur les réseaux sociaux et sur le terrain" ont été envisagées.

Le prochain rendez-vous donné par le collectif est fixé au dimanche 7 juin à 9 heures 30 devant le site de la carrière à Bois blanc. Une chaîne humaine sera formée en signe de protestation

www.ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

Allo boby? lembouteyaze? mi guinye pi !!!, Posté
La route du littoral reste fermée - La grande galère entre le nord et l'ouest
IPR le Mercredi 11 Mars 2015

(...)"Pour rappel, une fermeture totale de la route du littoral pendant plusieurs jours ne s'était plus produite depuis mars 2006 et l'éboulement de tout un pan de la falaise. Deux personnes avaient été tuées par la chute des énormes rochers. La route du littoral était restée totalement fermée à la circulations pendant presque un mois."

Cristobal, Posté
Nous, riverains de Bois Blanc, le déclarons fermement : " SCPR, vous ne passerez pas !"
La caractérisation du site exclue toute carrière possible : un paysage de côte maritime somptueux sur le dernier lambeau de côte sauvage de l'ouest de l'Ile de La Réunion, classé et protégé :
Le site visé pour la carrière, et son classement ne permet pas d'envisager une carrière. 80 % de la surface de la carrière est en périmètre agricole irrigué. Le secteur de Bois Blanc à Saint-Leu est classifié au ScoT en espace de vigilance touristique, un site à haute fréquentation touristique et sportive, très prisé de tous les réunionnais et des touristes. Le site visé par la carrière est bordé par deux Zone Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique Floristique ! Il est aussi bordé par une zone maritime classée Espace Littoral Remarquable ! Il est dans la zone d'influence officielle du site classé remarquable de la Pointe au Sel, patrimoine historique majeur. Le site visé pour la carrière longe la réserve naturelle marine, espace littoral réglementé par le décret du 21 février 2007 qui " interdit d'abandonner, de laisser écouler ou de jeter tout produit ou organisme de nature à nuire à la qualité de l'eau, de l'air, du sol ou du site ou l'intégralité de la faune ".
Outre une flore sous - marine remarquable, on y croise régulièrement une bonne dizaine d'espèce de mammifères marins, dont les baleines sur le fameux chemin des baleines, et on observe au quotidien de nombreuses races d'oiseaux marins, dont certains protégés, Paille en queue, Noddi, Labbé, Sterne, Fou, Fregate, Fouquet, Petrel, Puffin. Le site visé pour la carrière est traversé par un espace boisé classé ! Le site est aussi habité par des humains. Les deux ravines jouxtant immédiatement le périmètre projeté pour la carrière présentent une très grande qualité de végétation naturelle antique, avec des espèces endémiques et indigènes très rares, espace de randonnée et d'escalade. Diverses espèces remarquables et endémiques ou indigènes jalonnent le site et les ravines adjacentes. 19 espèces d'animaux fréquentent le site visé par la carrière, dont 7 sont indigènes et protégées, et trois sont des endémiques stricts de La Réunion. Il est aussi un point de passage majeur des oiseaux marins, et des colonies de petits molosses, qui nichent dans les rochers. Les deux ravines jouxtant le site sont des zones naturelles majeures relevant du patrimoine mondial de l'UNESCO.
L'étude d'impact conclue malgré tout à des enjeux écologiques faibles. A quoi bon toute ces réglementations sensées protéger notre ile des ravages des multinationales ?
Si encore, ces carrières étaient pour une noble cause.
A l'heure où l'on devrait développer le transport propre, nous riverains et citoyens, dénonçons le projet de la NRL et les carrières qui y sont liées. Nous attirons l'attention du commissaire enquêteur sur un point de fond essentiel : nous contestons formellement la caractérisation de la zone d'influence globale préconisée dans l'étude d'impact. (Planche 2 page 14 - Caractérisation des différentes zones d'influence). Les auteurs postulent que celle-ci est la même quasiment que la zone d'influence immédiate, à savoir le périmètre d'extraction, bornée par les deux ravines, du Trou et des Avirons. L'argument avancé par les auteurs est scientifiquement aberrant : " Les ravines adjacentes jouent un rôle barrière naturelle sur la dispersion des effets du projet sur l'environnement ", ce qui selon eux empêcherait toute propagation d'impacts au-delà de ces deux ravines, immédiatement limitrophes du site projeté de carrière.
Ainsi, l'aire d'analyse des impacts dans l'étude est-elle limitée par les auteurs au périmètre de l'extraction uniquement !... alors que d'évidence, la carrière a une zone d'influence bien plus large et aura un impact sur les trois grands secteurs habités de Piton Saint-Leu, Les Avirons et l'Etang Salé, On relèvera d'ailleurs la présence d'établissements sensibles comme les écoles, un collège et de très nombreuses habitations à 750 mètres du site, sur le territoire des Avirons, et sur le territoire de Piton Saint Leu à 1 300 mètres, de même qu'à l'Etang Salé les Bains. La carrière par son activité d'extraction aux tirs de mines quotidiens, au tri et au chargement, et aux départs et arrivées camions et salaries, va impacter des milliers de personnes.
D'autre part, le périmètre d'impact est encore plus large, puisque l'ensemble de l'impact du trafic routier généré par les 257 400 allers et retours prévus de camions depuis la carrière à Bois Blanc, en passant par l'Etang Salé les bains, jusqu'au chantier de la NRL(Justification du projet dans l'étude d'impact) sur 50 km à La Possession, 12 870 000 km de parcours camions, consommant 3 861 000 de litres de gazole sur 5 ans. (NB : Les auteurs écrivent noir sur blancs que les émissions de gaz d'échappement n'auront aucune incidence sur l'environnement). Et si toutefois la durée d'exploitation n'était seulement que de 5 ans. Mais le chantier de la NRL durerait bien plus. Il lui faudrait encore trouver 5 000 000 de tonnes d'enrochement en plus des 12 000 000 de tonnes d'enrochement que fournirait théoriquement cette carrière de Bois Blanc. Les embouteillages sur la plaine Saint-Paul sont tels que jamais, le rythme de livraison envisagé, un camion toutes les deux minutes, ne serait tenu. L'impact de la carrière sur les rivages et la mer est aussi un sujet totalement occulté par les auteurs, poussières, boues, propagations acoustiques sous marines agressant les sonars des mammifères marins, jamais évoqué ! Sans compter l'impact sur le paysage tenu pour négligeable par les porteurs de projet.
Toute l'étude d'impact est ainsi construite sur une appréciation totalement aberrante de la zone d'influence globale. Alors évidemment, l'ensemble de l'analyse d'impact est gravement faussée. Nous, citoyens et riverains, réfutons dans son ensemble le rapport d'impact et son contenu et bien entendu le projet de carrière, comme celui de la NRL.
Nous demandons la suspension de la procédure et du projet NRL et des carrières associés, et des prélèvements sauvages d'andains agricoles observés partout sur Saint Leu qui génère une grave fragilité constatée à l'érosion des terres lors des grosses pluies. Nous demandons, la reprise complète de l'analyse d'impact sur la zone d'influence globale réaliste, englobant la côte maritime, les avirons, l'Etang salé les bains et Piton St Leu et la reprogrammation d'une enquête publique avec des documents sincères et scientifiquement exactes.
Mais, sachez-le, et nous le réaffirmons avec détermination : " SCPR, Vous ne passerez pas !"

Des Riverains de Bois Blancs
Fait à Etang Salé les Bains, Bois Blancs, Piton Saint Leu et Les Avirons, Vendredi 29 mai 2015,
Pour servir et valoir ce que de droit, déposé dans le registre de l'enquête publique.
Bénédictin, Posté
du grand n'importe quoi! vivement le 13 Décembre au soir que Didier ROBERT laisse sa place a quelqu'un d'autre pour qu'on arrête de faire honte a notre Ile auprès de l'Europe. Il est en train de diviser les Réunionnais c'est un SARKO No 2.Le calcul était fait en direct d'une émission sur RMC radio, cette fameuse route nous coûtera entre 150000 ou 250000 milles euros le mètre (au minimum). Franchement c'est hallucinant d'entendre ça.De plus il demande des rallonges de 500 millions d'euros mais d'ou il vient se mec, était t-il vraiment apte pour gérer la Région? MOI je pense que c'était plus un pari entre potes.En tous les cas il va prendre sa retraite très jeune (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com)
Françoise Nourry, Posté
Je n'ai pas pu aller à ce rassemblement. Je serai présente le dimanche 7 juin à Bois Blanc. Cette carrière ne doit jamais voir le jour, il faut lutter contre cela car si elle se fait cela va être un désastre pour toute la zone
CHABAN, Posté
Un vrai bordel cette route!
Delocaliser nos m... en toute bonne conscience de faux q, Posté
les carrieres à madagascar c'est comme les déchets qu'on envoi en inde pour être démantelé à bas cout par des chtite nenfant: on s'en fout du moment que c'est pas devant notre porte.

ca pleurniche pour une carriere en zone littorale et ça demande un téléphérique en coeur naturel du parc??? allez dormi dont. tout ca n'est qu'une posture politicienne et n'a rien a voir avec un débat sur l'aménagement du territoire.
Joelmussard, Posté
voila la voix du peuple face aux inepties regional : des transporteurs qui petent les plombs, les andains pas traité, les carrieres en proces, des recours aux conseils d'etats, une rallonge de 500 millions d'euros alors que le budget de 2 millards etait a priori bouclé, vraiment du grand n'importe quoi