Les RUP bénéficie d'un traitement à part :

Bonne nouvelle pour la filière sucrière


Publié / Actualisé
Paul Vergès s'est réjoui, jeudi lors d'une conférence de presse, de la décision de la Commission de Bruxelles de ne pas appliquer aux Régions Ultra-périphériques (RUP) le futur règlement sucrier.
Paul Vergès s'est réjoui, jeudi lors d'une conférence de presse, de la décision de la Commission de Bruxelles de ne pas appliquer aux Régions Ultra-périphériques (RUP) le futur règlement sucrier.
Les acteurs de la filière sucrière doivent être soulagés. La Commission au conseil du Parlement européen a décidé d'exclure les régions ultra-périphériques du futur règlement sucrier. Elles devraient donc bénéficier d'un traitement particulier. "Cette situation différente par rapport aux conditions de production du continent devrait conduire à un traitement différencié des régions ultra-périphériques dans le cadre de la réforme des instruments de soutien à l'économie régionale. Les éventuels besoins de restructuration et, si nécessaire, de reconversion pourraient être couverts par une enveloppe spéciale réservée dans le cadre du prochain paquet financier", note la commission. Il reste cependant encore bien des incertitudes à lever. "A partir de cet acquis, l'effort devra porter sur le contenu et les modalités de ce traitement spécifique pour qu'il corresponde au mieux aux besoins de la Réunion tout en tenant compte du contexte général du débat", note, Paul Vergès, le président de la Région qui attend maintenant les propositions des acteurs de la filière.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !