Les dates des soldes :

L'opinion des commerçants


Publié / Actualisé
Ce mardi 20 avril 2004, la chambre de commerce et d'industrie rendra public les résultats de l'enquête mené auprès des commerçants pour déterminer les dates des prochaines périodes de soldes. Jusqu'à présent les responsables de magasins étaient peu satisfaits du choix de dates
Ce mardi 20 avril 2004, la chambre de commerce et d'industrie rendra public les résultats de l'enquête mené auprès des commerçants pour déterminer les dates des prochaines périodes de soldes. Jusqu'à présent les responsables de magasins étaient peu satisfaits du choix de dates
Constatant que la grogne était généralisée dans le milieu commerçant, la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR) a donc décidé de lancer son enquête en mars dernier. Les commerçants ont été interrogés sur les dates qu'ils souhaiteraient retenir pour les soldes de juillet 2004 et mars 2005. Les questionnaires ont été publiés dans la presse locale et des éléves de l'EGC (école de gestion et de commerce) ont mené des enquêtes "terrain".
Seck Boubacar, gérant d'un magasin d'articles de sport à Saint-Denis n'a pas reçu le dit questionnaire. Mais les périodes qu'il préfère vont de début février à mi-mars, et de fin juin à début juillet. "Je vends des articles pour les jeunes, et c'est pendant les vacances qu'ils viennent faire des affaires", précise t-il.
Pour Jean-Laurent Bourly, vendeur d'un magasin de vêtements à Saint-Denis toujours, c'est juste après les rentrées de janvier et de septembre que les soldes devraient se dérouler. "Après avoir équipé les enfants, les parents eux aussi ont besoin de s'habiller à moindres coûts", argumente t-il. Un avis que partage Atiyah Goulam, gérante d'un magasin de chaussures pour adultes.

Manque d'engouement

Cathy Barret, responsable de magasin dionysien, préfèrerait que les soldes aient lieu en même temps qu'en métropole, c'est-à-dire à la mi-janvier et en juillet-août : "Au milieu du mois de janvier, les gens ont eu le temps de se remettre des dépenses de fin d'année. Et en juillet-août, ils sont en vacances et ont le loisir de venir faire des affaires", explique t-elle.
Younous Salojy Badat, gérant de magasin à Saint-Denis, n'a pas de préférence particulière, même s'il a opté pour le mois de février, après la Saint Valentin, ainsi que septembre-octobre. "Les soldes agissent comme un régulateur et permettent de liquider les fins de collections".
Bien que les soldes soient utiles, la plupart de ces commerçants déplorent toujours un manque d'engouement de la part des consommateurs.

Aurélie Hassen
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !