Haut débit sur internet :

France Télécom va baisser ses tarifs


Publié / Actualisé
L'autorité de régulation des télécommunications (ART) demande à France Télécom de diviser par dix le prix des liaisons louées aux fournisseurs d'accès à internet. Une décision qui devrait rapidement être répercutée sur les tarifs des abonnements à haut débit
L'autorité de régulation des télécommunications (ART) demande à France Télécom de diviser par dix le prix des liaisons louées aux fournisseurs d'accès à internet. Une décision qui devrait rapidement être répercutée sur les tarifs des abonnements à haut débit
La décision de l'autorité de régulation des télécommunications (ART) ne devait être rendue publique que ce mardi 11 mai 2004. Le conseil régional a devancé tout le monde en dévoilant lundi à la presse cette nouvelle obligeant France Télécom à diviser par dix le prix des liaisons internet haut débit louées aux différents fournisseurs d'accès. L'ART, chargée de réguler le marché des télécommmunications, avait été saisie il y a quatre mois par le conseil régional de la Réunion et deux fournisseurs d'accès, Mobius et Outremer Télécom.
Ils dénonçaient les tarifs prohibitifs proposés par l'opérateur public sur les liaisons transitant par le câble sous-marin SAFE reliant l'Europe à la Malaisie en passant par l'océan Indien. La décision de l'ART va donc obliger France Télécom à ajuster sa grille tarifaire aux coûts d'exploitation qu'il supporte réellement. "Un des verrous du haut débit dans le département vient de sauter. La Réunion a désormais les moyens de concurrencer Maurice", analyse le président de la Région, Paul Vergès.
Reste à savoir comment les opérateurs vont répercuter cette baisse des coûts d'accès au câble sur leurs clients. Outremer Télécom a déjà promis de ramener en dessous de 20 euros son prix d'appel de l'abonnement mensuel ADSL
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !