Bilan économique :

Croissance en baisse en 2000


Publié / Actualisé
Le bilan économique pour l'année 2000, présenté par l'INSEE (institut national de la statistique et des études économiques)le mardi 23 juillet 2004 révèle qu'avec un taux de 5,3%, la croissance économique de La Réunion a été légèrement inférieure à la moyenne des années 1993-2000. Elle se révèle toutefois supérieure à celle des Antilles, estimée à 3,3%.
Le bilan économique pour l'année 2000, présenté par l'INSEE (institut national de la statistique et des études économiques)le mardi 23 juillet 2004 révèle qu'avec un taux de 5,3%, la croissance économique de La Réunion a été légèrement inférieure à la moyenne des années 1993-2000. Elle se révèle toutefois supérieure à celle des Antilles, estimée à 3,3%.
En 2000, dans un contexte d'évolution démographique rapide, le PIB (produit intérieur brut) dégagé par habitant de La Réunion représente à peine plus de la moitié de celui produit par un habitant de métropole. Il n'est toutefois plus que de 10% inférieur à celui des autres DOM, contre 19% en 1993.
La modération de l'inflation (1,9%) a limité les effets dépressifs d'une hausse des prix sur la croissance et sur le pouvoir d'achat des ménages. Celui-ci progresse de 3,7%.
La demande intérieure est restée le moteur de la croissance, avec une consommation des ménages et des investissements dynamiques. Une partie de cette demande a été satisfaite par une augmentation des importations (+ 13,2% contre + 3,8% en 1999). Si le déficit extérieur s'est nettement aggravé, l'on enregistre une bonne tenue des exportations réunionnaises, provoquée par une importante fréquentation touristique.
Les services marchands restent un secteur clé, avec 56% de l'économie marchande. Soutenue par les services aux entreprises, leur valeur ajoutée a encore progressé de près de 8% en 2000.
Par ailleurs, au niveau de l'estimation des migrations à partir des flux des passagers, l'indicateur de solde migratoire est en baisse depuis 2000. Les apports de métropole s'affaiblissent, les flux avec Maurice sont de plus en plus déficitaires. En revanche, ils s'accroissent fortement avec Mayotte.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !