Enquête de l'INSEE :

L'endettement ennemi du budget familial


Publié / Actualisé
L'INSEE (institut national de la statistique et des études économiques) a rendu public le mardi 13 juillet 2004 les données d'une enquête sur le budget familial des Réunionnais. Si les ménages interrogés ont une bonne perception de la hausse effective des revenus ces dernières années, un grand nombre évoquent des difficultés financières liées à la progression de l'endettement
L'INSEE (institut national de la statistique et des études économiques) a rendu public le mardi 13 juillet 2004 les données d'une enquête sur le budget familial des Réunionnais. Si les ménages interrogés ont une bonne perception de la hausse effective des revenus ces dernières années, un grand nombre évoquent des difficultés financières liées à la progression de l'endettement
Plus d'un tiers des ménages estime que leur niveau de vie est élevé
contre moins d'un quart en 1995 explique David Perrain, auteur de l'enquête. Sur dix ménages, neuf pensent que leur situation va s'améliorer et se stabiliser dans les cinq prochaines années. Néanmoins, malgré cette hausse du niveau de vie, les ménages sont de plus en plus nombreux (26% en 2001 contre 22% en 1995) à se plaindre de difficultés financières.
38% des ménages considérant leur niveau de vie actuel élevé, estiment en effet avoir des problèmes financiers. L'embarras de ces familles serait dû à l'adoption de pratiques de consommation et de financement nouvelles et se rapprochant de ceux des ménages métropolitains.
Ainsi, profitant de l'évolution des nouvelles technologies, le Réunionnais s'équipe de plus en plus. En 2001, 88% des ménages disposaient d'appareils ménagers, 74% avaient investi en appareils multimédias, 40% en abonnement de téléphone mobile et 26 % en abonnement à Canal plus. Ce qui constitue par rapport à 1995, une hausse globale se situant entre 8 à 14%.
Beaucoup de ménages se sont donc endettés. De 1995 à 2001, l'encours des crédits consentis aux particuliers a doublé, rattrapant les niveaux constatés en Métropole. Aux dépenses fixes (loyer ou mensualités de crédit) viennent s'ajouter des forfaits et de multiples abonnements (Internet ou chaînes de télévision payantes). La proportion des ménages qui sont obligés de puiser dans leurs économies ou de s'endetter passe de 23% en 1995 à 30% de 2001.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !