Délinquance :

Un mal qui se structure


Publié / Actualisé
Le Conseil économique et social régional a organisé le jeudi 9 septembre 2004 à l'hôtel Créolia à Saint-Denis un séminaire sur le thème "prévention de la délinquance et sécurité". Il en ressort que si de 2002 à 2004, on constate une baisse des vols et de la délinquance juvénile, celle-ci s'accompagne néanmoins de violence. De plus, les délinquants s'organisent en bandes
Le Conseil économique et social régional a organisé le jeudi 9 septembre 2004 à l'hôtel Créolia à Saint-Denis un séminaire sur le thème "prévention de la délinquance et sécurité". Il en ressort que si de 2002 à 2004, on constate une baisse des vols et de la délinquance juvénile, celle-ci s'accompagne néanmoins de violence. De plus, les délinquants s'organisent en bandes
Au cours du premier trimestre 2004, les services de Police et de la Gendarmerie ont enregistré 8 364 crimes et délits à La Réunion, soit une diminution de 3,2% par rapport au premier trimestre 2003. Parmi ces crimes, on relève entre autres, 4 993 vols, 1 020 atteintes volontaires contre des personnes et 128 infractions contre la famille et l'enfant.
Le constat dressé par Guy Julliard, l'un des intervenants du séminaire, révèle que la délinquance locale se traduit par quatre caractéristiques : une forte augmentation en volume qui provoque un sentiment d'insécurité chez un citoyen sur deux; une délinquance encore naïve, mais qui se traduit par un début de vols organisés; un rajeunissement des auteurs, dont la majorité sont des récidivistes; un sentiment d'insécurité accru pour les femmes et les habitants des quartiers à logements sociaux.

Frustration et pauvreté

Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer ce comportement. D'abord, la frustration imposée par la pauvreté dans une société de consommation. Il est aussi souvent difficile pour les adultes d'éduquer leurs enfants qui sont davantage influencés par les amis, la télévision et la vie en dehors du cadre familial. Le passage "de la case à terre" à l'immeuble n'a pas été suffisamment préparé et a provoqué de nombreuses difficultés au sein des familles. Enfin, l'oisiveté de la jeunesse, liée au chômage provoque l'ennui et peut conduire à la délinquance.
Ainsi pour prévenir le problème de la délinquance, plusieurs recommandations ont été préconisées à la clôture du séminaire. Elles concernent, entre-autres, l'élaboration d'un programme de prévention qui favorise l'écoute, la mise en place de projets pour les jeunes délinquants axés sur leurs réussites plutôt que sur leurs échecs, la nécessité de réviser les formations des travailleurs sociaux et d'élaborer un programme d'accompagnement parental. L'accent est également mis sur l'importance d'établir des diagnostics de territoire.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !