Top Résa 2004 :

Bilan positif pour La Réunion


Publié / Actualisé
Les trois jours du Top Résa 2004 ont été intenses et fructueux pour La Réunion, estiment les professionnels du tourisme qui du jeudi 30 septembre au lundi 2 octobre 2004 ont assisté à Deauville à la 26ème édition du Salon international du tourisme à Deauville. "Le stand de La Réunion a été énormément fréquenté et nous enregistrons déjà des retombées de ce foisonnement de rencontres" a indiqué Jocelyne Lauret, présidente du comité du tourisme de La Réunion (CTR)
Les trois jours du Top Résa 2004 ont été intenses et fructueux pour La Réunion, estiment les professionnels du tourisme qui du jeudi 30 septembre au lundi 2 octobre 2004 ont assisté à Deauville à la 26ème édition du Salon international du tourisme à Deauville. "Le stand de La Réunion a été énormément fréquenté et nous enregistrons déjà des retombées de ce foisonnement de rencontres" a indiqué Jocelyne Lauret, présidente du comité du tourisme de La Réunion (CTR)
Installés sur un stand de 90 m2 coordonné par le CTR, une trentaine de prestataires locaux ont participé à l'édition 2004 du Top Résa. Assurée par le club de la grande hôtellerie de La Réunion (UMIH) l'animation typiquement créole a su attirer la foule. La quasi totalité des professionnels présents au Salon ont participé ont participé ce lundi 11 octobre 2004 à la conférence de presse organisée par le CTR. L'occasion pour Jocelyne Lauret de revenir sur les points forts des trois journées de manifestation.
Ils se déclinent principalement en rencontres avec la presse nationale et internationale spécialisée, avec les tours opérators et avec le ministre du tourisme, Léon Bertrand. "Nous avons lui avons exposé le problème des visa pour les touristes en provenance, notamment de Magagascar, d'Afrique du Sud ou des Comores" relate la présidente du CTR. En rappelant que La Réunion se trouve hors zone Schengen (accord de l'union européenne autorisant la libre circulation des ressortissants européens dans l'union européenne - ndlr), elle souligne "même s'ils sont en possession d'un visa européen, ces touristes ne peuvent directement entrer à La Réunion". Le même problème se pose à l'ensemble des DOM.

Fédérer l'action

"Le ministre s'est engagé à examiner cette question de près. Nous savons depuis que le dossier est en bonne voie et nous avons toutes les raisons d'être optimiste" commente Jocelyne Lauret.
La présidente a ensuite énuméré les retombées médiatiques directement liées au Top Résa. Plusieurs reportages dans des quotidiens, des magazines spécialisés et sur des chaînes de voyages ont d'ores et déjà été programmé.
Jocelyne Lauret a ensuite élargi son propos en précisant que si "beaucoup de cboses ont déjà été faites, il reste sans doute encore beaucoup à faire". Parlant de sa vision du tourisme, elle a insisté sur la nécessité "de fédérer tous les intervenants afin d'avoir une unité d'action", "d'associer la population au développement du secteur" et sur celle de miser "sur la diversité de notre culture et de notre population". Car, a-t-elle dit, il s'agit là "d'atouts capables de faire la différence avec d'autres destinations".
Enfin, le CTR veut maintenant ouvrir La Réunion à d'autres horizons. Des campagnes de promotions en direction des touristes d'Inde, de Chine ou encore de Russie sont en cours.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !