Le centre-ville de Saint-Denis sous vidéo surveillance :

Souriez, vous êtes filmés


Publié / Actualisé
Ce mardi 6 décembre 2005 à Saint-Denis, les premières images d'un système de vidéo surveillance ont été enregistrées par les 13 caméras perchées sur des mâts de plusieurs mètres. Elles couvrent la zone du carré piéton, dans la portion comprise entre la rue de Paris et le Boulevard Océan. Ce dispositif, unique en Outremer, est censé réduire les actes de délinquance et participer à la diminution du sentiment d'insécurité des dionysiens
Ce mardi 6 décembre 2005 à Saint-Denis, les premières images d'un système de vidéo surveillance ont été enregistrées par les 13 caméras perchées sur des mâts de plusieurs mètres. Elles couvrent la zone du carré piéton, dans la portion comprise entre la rue de Paris et le Boulevard Océan. Ce dispositif, unique en Outremer, est censé réduire les actes de délinquance et participer à la diminution du sentiment d'insécurité des dionysiens
13 caméras enregistrent 24 heures sur 24, les allées et venues dans le carré piéton en plein c?ur du centre ville dionysien. L'objectif est simple, il s'agit de surveiller les infrastructures, les équipements urbains et le flux des passants. L'outil à vocation à aider à la police nationale et municipale, lorsque des actes de délinquance sont commis. Les images sont visionnées mais non exploitées par des agents de la police municipale au centre de supervision de vidéo surveillance urbaine (CSVU), situé au sous-sol de l'hôtel de ville de Saint-Denis. Les images de chaque caméra seront enregistrées et conservées au minimum 8 jours et au maximum 30 jours. Passer ce délai, elles seront détruites sauf en cas de force majeure ou sur réquisition d'un officier de police judiciaire seul à pouvoir accéder aux enregistrements qui sont protégés.

Droit à l'image

Avec l'arrivée de ce nouveau dispositif, un comité d'éthique a été créé afin de répondre aux exigences en matière de libertés publiques. En effet, le système mis en place est "infraudable" comme le qualifie M. Thevenet, expert juridique. Le règlement est très strict. L'accès aux images et au centre de supervision de vidéo surveillance urbaine est "sécurisé" affirme la mairie de Saint-Denis.
Par ailleurs, pour garantir le respect de la vie privée et protéger le droit à l'image des habitants et des usagers du carré piéton, les bâtiments privés sont masqués par un cache. Une première évaluation sera faite dans le courant du 1er semestre 2006 en vue d'étendre ou non ce dispositif dans les autres rues dionysiennes. Selon la mairie de Saint-Denis, "la vidéo surveillance a déjà fait ses preuves dans certaines communes de Métropole où le taux de violence publique a baissé de 30%".

Audrey Hoarau
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !