Chikungunya :

Le point sur l'épidémie


Publié / Actualisé
Antoine Perrin, directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation (ARH - notre photo) et Bernard Gauzère, chef du service réanimation du centre hospitalier de Bellepierre à Saint-Denis ont tenu une conférence de presse ce mardi 7 février 2006 pour faire le point sur l'épidémie de chikungunya. Les praticiens ont annoncé que des travaux de recherches pour trouver un vaccin se mettent en place en métropole
Antoine Perrin, directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation (ARH - notre photo) et Bernard Gauzère, chef du service réanimation du centre hospitalier de Bellepierre à Saint-Denis ont tenu une conférence de presse ce mardi 7 février 2006 pour faire le point sur l'épidémie de chikungunya. Les praticiens ont annoncé que des travaux de recherches pour trouver un vaccin se mettent en place en métropole
Les deux praticiens ont rappelé que 50 000 cas de chikungunya sont officiellement signalés. 26 décès ont été enregistrés. 25 cas sont indirectement liés à la maladie (les patients souffraient par ailleurs de pathologies graves). Un cas, celui d'une enfant de 10 ans "n'a pas d'autre explication connue que le chikungunya" a confirmé Antoine Perrin en rappelant qu'il n'y avait pas eu d'autopsie.
Concernant les nouveaux-nés, 20 cas de transmission de la mère à l'enfant au moment de la naissance ont été signalés. 8 bébés ont développé des méningo-encéphalites. L'un d'eux est toujours hospitalisé en réanimation à Saint-Pierre, les 7 autres ont guéri "mais ils vont faire l'objet d'une surveillance médicale sur plusieurs mois" indique Bernard Gauzère. À noter que 7 bébés sont nés porteurs de la maladie alors que leurs mères n'étaient pas atteintes.
Antoine Perrin a également annoncé que des travaux de virologie et de recherche en vue de trouver un vaccin contre le chikungunya "se mettent en place en métropole". Localement des programmes de recherche clinique sont en cours d'élaboration. "Ils sont d'ores et déjà la garantie d'être financés par l'État" a confirmé Antoine Perrin.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !