Le Port :

Opération de démoustication retardée


Publié / Actualisé
Prévue pour commencer tôt ce mardi 7 février 2006 au Port, l'opération de démoustication a été repoussée à l'après-midi. Le temps pour les militaires et les services communaux de s'entendre sur les zones à traiter et sur les produits à utiliser
Prévue pour commencer tôt ce mardi 7 février 2006 au Port, l'opération de démoustication a été repoussée à l'après-midi. Le temps pour les militaires et les services communaux de s'entendre sur les zones à traiter et sur les produits à utiliser
Une douzaine de militaires de 2ème RPIMa était à pied d'?uvre tôt ce mardi matin dans le haut de l'avenue de la Commune de Paris. Sur intervention des services environnement et techniques de la commune portoise, l'opération a été suspendue. "Ce dimanche nous avons eu une réunion de 3 heures avec la DRASS (direction des affaires sanitaires et sociales - ndlr). Nous nous sommes mis d'accord sur les zones à traiter chimiquement par l'armée. Ls habitants de ces secteurs ont été avertis. Ce matin nous avons eu la surprise de constater que les militaires n'étaient pas du tout dans la zone prévue" remarque Jean-Yves Langenier, maire du Port.
Les miliaires pour leur part n'avaient visiblement pas été avertis de ces dispositions et se sont basés sur le programme d'intervention déterminé il y a plusieurs jours. De même, ils n'avaient pas été prévenus de la décision communale "d'utiliser les produits insecticides les moins nocifs possible pour l'environnement" selon l'expression de Jean-Yves Langenier. "La nappe phréatique est notre seule ressource en eau. Nous sommes une commune essentiellement urbaine avec une densité de 2 500 habitants par km2, nous ne pouvons nous permettre de porter atteinte à notre environnement" souligne encore le maire du Port. D'où le choix d'utiliser des insecticides biologiques ou facilement dégradables et celui, innovant, de faire de mettre e place des déchetteries mobiles.
Les militaires n'ont pas démoustiqué mardi matin. La situation s'est décantée en début d'après-midi. À l'issue d'une réunion avec la préfecture, il a été décidé que deux brigades de la base navale travailleront en coordination avec les équipes municipales. Les produits utilisés ailleurs dans l'île ne le seront pas au Port au bénéfice d'insecticides moins dangereux
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !