Fin des soldes :

Les commerçants déçus


Publié / Actualisé
Les soldes ont joué les prolongations à La Réunion et se sont terminées ce samedi 25 mars 2006 au lieu du mercredi 15 mars. Soit 10 jours supplémentaires, qui n'auront pas inversé la tendance. En effet, les clients n'étaient toujours pas au rendez-vous. Les commerçants font grise mine et les caisses quant à elles ont eu bien du mal à se remplir. Si le chikungunya est souvent pointé du doigt, les nombreuses fermetures de la route du littoral ainsi que les épisodes pluvieux sont également mis en cause.
Les soldes ont joué les prolongations à La Réunion et se sont terminées ce samedi 25 mars 2006 au lieu du mercredi 15 mars. Soit 10 jours supplémentaires, qui n'auront pas inversé la tendance. En effet, les clients n'étaient toujours pas au rendez-vous. Les commerçants font grise mine et les caisses quant à elles ont eu bien du mal à se remplir. Si le chikungunya est souvent pointé du doigt, les nombreuses fermetures de la route du littoral ainsi que les épisodes pluvieux sont également mis en cause.
Les dernières démarques n'auront pas fait mouche. Des articles à prix cassé, des remises pouvant aller jusqu'à -70%, rien n'y a fait, les clients sont restés de marbre. Les commerçants du centre ville de Saint-Denis n'en démordent pas, l'épidémie de chikungunya leur a fortement porté préjudice. " Malgré ces 10 jours supplémentaires, le client a continué à se faire rare. L'épidémie est peut-être en phase descendante, mais la psychose, elle, est toujours présente. Les gens ont préféré rester chez eux" se désole Catherine, responsable d'un magasin de vêtements, rue Jules Auber à Saint-Denis. Mais l'épidémie n'a pas été la seule à jouer les troubles fêtes, d'autres facteurs sont venus noircir le tableau. " C'est quelques jours de plus nous avaient donné bonne espoir. Mais c'était sans compter avec Diwa et les fermetures répétées de la route du Littoral. On a tout de même travaillé, mais les résultats sont loin d'être satisfaisants" déplore Françoise, responsable de magasin. Le centre ville de Saint Denis n'a pas été le seul à accuser le coup de cette période morose, à Saint André le son de cloche n'était pas différent:. " Le prolongement des soldes n'a pas attiré plus de clients et en tant que petit commerçant l'avenir s'annonce difficile. L'économie de l'île est vraiment mal lotie avec cette épidémie et la consommation ne risque pas de redémarrer de si tôt" explique Abdoul, gérant de magasin.
Même constat dans le centre ville de Saint-Gilles, les touristes, soit les plus gros clients de la station balnéaires manquent cruellement au paysage: " L'absence des touristes, c'est vrai qu'elle se fait pas mal sentir. Le chiffre d'affaires n'est pas au mieux de sa forme, "et prolongation ou pas, on n'a pas hésité à sortir les nouvelles collections pour stimuler la vente" indique Cyril, responsable de magasin.
Axe routiers perturbés, intempéries et chikungunya, autant d'éléments qui auront contribué à un bilan très moyen de ces soldes estivales. Les prolongations n'ont pas renfloué les caisses, la plupart des stocks n'ont pas réussi à être écoulés. Les commerçants restent inquiets quant aux perspectives d'avenir qui leur semble de plus en plus compromises.


Ingrid Koenig
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !