Route du Littoral :

Création d'une association des usagers


Publié / Actualisé
Une réunion publique s'est tenue ce mardi 28 mars 2006 dans le hall du conseil régional de La Réunion. La route du littoral était une fois encore au c?ur des débats avec la création d'une nouvelle association des usagers. L'initiative a recueilli l'approbation du président de la Région, Paul Vergès.Dans le même temps, les adhérents d'un autre collectif d'usagers, opposés à la politique de La Région en termes d'aménagement des routes, criaient leur colère devant les grilles du conseil régional
Une réunion publique s'est tenue ce mardi 28 mars 2006 dans le hall du conseil régional de La Réunion. La route du littoral était une fois encore au c?ur des débats avec la création d'une nouvelle association des usagers. L'initiative a recueilli l'approbation du président de la Région, Paul Vergès.Dans le même temps, les adhérents d'un autre collectif d'usagers, opposés à la politique de La Région en termes d'aménagement des routes, criaient leur colère devant les grilles du conseil régional
Dans le hall du conseil régional, le discours d'Ibrahim Dindar, directeur d'école à la retraite, à ne pas confondre avec son homonyme du conseil général, fait mouche. "Il est temps de réagir et d'apporter notre pierre à l'édifice, cela fait 43 ans que nous subissons sans rien dire, ce nouveau collectif nous permettra de revendiquer nos droits et d'être directement associés à toutes les décisions qui concernent la route du littoral" clame-t-il. Le projet de création d'une nouvelle association des usagers fait aussitôt l'unanimité auprès des 400 personnes présentes dans le hall.

"Scandalisés"

Et pendant que des feuilles d'inscription circulent dans les rangs pour les nouveaux adhérents, dehors la colère gronde. L'association des usagers de la route en corniche (AURC) se disent scandalisés. "Le président, Paul Vergès a tout bonnement refusé de nos recevoir alors que nous avions une motion à déposer. C'est inacceptable" ne décolèrent pas les membres de l'association. Pour les opposants du président de la Région, celui-ci n'a en aucune manière tenu ses promesses. "En 1998, on nous avait promis des solutions rapides pour la route en corniche, mais pour autant aucun choix stratégique n'a été mis en ?uvre. Au lieu de cela, la Région nous impose son projet du tram train qui coûtera près d'un milliard et demi d'euros. Pour nous, il est temps d'arrêter les frais, la seule priorité c'est la route du littoral" insiste Roland Lambert, vice-président de l'AURC.

10 ans pour régler le problème

Pour Philippe Berne, vice-président du conseil régional, délégué à l'aménagement du territoire et à la recherche, la Région est pointée du doigt à tort:. "La route du littoral relève de la responsabilité de l'État. En effet, c'est le ministère des Transports et de l'Équipement qui prend les décisions. La Région ne s'est jamais désengagée sur ce dossier et nous travaillons de concert pour apporter des solutions concrètes et adaptées. Mais il faudra près d'une dizaine d'années pour régler définitivement un problème tel que celui-là" souligne-t-il.
Quant au tram train, Philippe Berne a rappelé que le débat public organisé lors du lancement du projet, avait clairement fait ressortir qu'une majorité des Réunionnais souhaitaient le voir aboutir.

"Des roquets"

Paul Vergès, accompagné notamment de ses vice-présidents Camille Sudre et Catherine Gaud, est arrivé en fin de réunion. Serein malgré l'effervescence qui règne au-dehors, il note: "nous avons bataillé contre le tracé actuel de la route pendant près de quarante ans et ce n'est pas parce que l'on fait aboyer trois roquets que cela va brouiller les cartes. Ce n'est pas la faute de la Région et rien ne sert d'affoler l'opinion publique.". Le président de la Région qui soupçonne une manipulation politique derrière toute cette agitation, préfère faire fi de ceux qu'il appelle: "des donneurs de leçons". Il ajoute: "avant toute chose, je viens saluer l'initiative de la création d'une nouvelle association d'usagers. Je m'engage à organiser des réunions avec les membres de ce nouveau collectif pour les tenir informés régulièrement de l'avancée des choses. De ce fait personne ne pourra plus "boucher les oreilles" du Créole avec des mensonges" a-t-il souligné.

Taxis en colère

À noter par ailleurs, l'arrivée d'un cortège de taxis vers 11 heures. Les taxiteurs sont venus eux aussi afficher leur mécontentement. Ils ont bloqué temporairement l'entrée du conseil régional. Il n'y a pas eu de heurts. Les taxis et les derniers manifestants de l'AURC ont quitté les lieux dans le calme en fin de matinée.

Ingrid Koenig
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...