Route des Tamarins :

Le bout du tunnel


Publié / Actualisé
15 heures 21 ce mardi 29 août 2006, passant au travers d'une ouverture large comme un d'une cinquantaine de centimètres, la clarté du jour inonde la galerie. Les cris de joie des ouvriers couvrent le bruit des deux pelleteuses en plein travail. Le bout du tunnel sous le cap Lahoussay (Saint-Paul) vient d'être atteint. Il s'agit de l'un des ouvrages les spectaculaires de la future route des Tamarins (voir toutes les photos en rubrique "événements")
15 heures 21 ce mardi 29 août 2006, passant au travers d'une ouverture large comme un d'une cinquantaine de centimètres, la clarté du jour inonde la galerie. Les cris de joie des ouvriers couvrent le bruit des deux pelleteuses en plein travail. Le bout du tunnel sous le cap Lahoussay (Saint-Paul) vient d'être atteint. Il s'agit de l'un des ouvrages les spectaculaires de la future route des Tamarins (voir toutes les photos en rubrique "événements")
Spécialement équipées pour les percements des tunnels, la pelle et le marteau piqueur mécaniques continuent de percer et de creuser. Les deux engins rongeaient leurs freins depuis un bon moment. Le temps que les "invités" arrivent. Parmi eux Philippe Berne, vice-président du conseil régional - la collectivité est le maître d'ouvrage du chantier de la route des Tamarins -, Jean-Luc Masson, directeur de la DDE (direction départementale de l'Équipement - maître d'?uvre du chantier).
Il règne une solennité teintée d'impatience dans la galerie du tunnel creusé sous le cap Lahoussay. Chacun semble conscient de vivre un grand moment, "ce n'est pas tous les jours que l'on perce un tunnel" commente Laurent Candelier. Son équipe a fini son service depuis 14 heures mais avec ses 9 collègues, il est resté sur place. "On ne pouvait pas rater ce moment" explique le jeune homme. Anciennement cordiste à Paris, il est venu à La Réunion pour les besoins de la route des Tamarins. Sur le chantier, il s'occupe du renforcement de la galerie.

La paroi se défend

15 heures 13, Julien Lelard, que ses collègues de chantier surnomment gentiment "Coup de barre", lance son marteau piqueur. David Lauret lui donne immédiatement la réplique. Les deux engins grondent et font vibrer la paroi. Cette dernière se défend pied à pied et ne cèdent qu'à regret ses morceaux de roches. Les engins se cabrent sous l'effort.
15 heures 19. Un fin doigt de lumière traverse la paroi. Deux minutes plus tard, un bloc beaucoup plus large s'effondre, laissant la clarté passer à flot. Le cap Lahoussay vient d'être percé de part en part. Le chantier avait démarré en juillet 2004 et Les travaux de percement avaient débuté le 15 janvier 2006. Le coût total des travaux s'élèvent à 34 millions d'euros.
Les engins s'arrêtent un instant. Sous les cris et les ovations des ouvriers, Roger Coulet, le directeur du chantier escalade les déblais. Il est suivi par Marie Lesimple, la jeune géologue de l'ouvrage. Des ouvriers postés de l'autre côté viennent à leur rencontre.

Ovations

Moment de joie, de congratulation et aussi d'émotion. Même Roger Coulet, qui en est pourtant à son vingtième tunnel - le dernier en date est celui du basculement des eaux à Salazie -, est visiblement ému. "On ne peut s'empêcher de ressentir une certaine satisfaction. D'abord d'avoir atteint cette étape et surtout de l'avoir fait sans aucun incident" souligne-t-il. "Aujourd'hui nous avons atteint une phase de transition. Il reste maintenant a effectuer les travaux de revêtement et de finition" ajoute-t-il. Une fois tous les ouvriers et "invités" passés de l'autre coté, les deux engins recommencent à gronder. Cette fois la paroi semble avoir abandonnée toute résistance. De gros blocs se détachent agrandissant rapidement l'ouverture.
15 heures 41. "Il y a largement la place pour laisser passer une voiture" plaisante l'un des ouvriers. Les engins s'arrêtent. Les deux conducteurs rejoignent leurs collègues de l'autre côté. C'est la pause "photo de groupe" avant le retour au "boulot".
Les 30 ouvriers affectés au chantier travaillent, par équipe de 10, 24 heures sur 24, 5 jours sur 7. Il n'y a guère de temps à perdre. Le tunnel devra impérativement être livré en août 2007
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !