Journée des droits de l'enfant à Saint-Paul :

Leurs droits vus par les écoliers


Publié / Actualisé
À l'occasion de la journée des droits de l'enfant, lundi 20 novembre 2006, Saint-Paul organisait une manifestation basée sur le principe de la participation. Dans une ville imaginaire, rêvée par les écoliers de la ville, 359 marmailles se sont baladés au rythme des explications sur les thèmes du droit, de la justice, la solidarité ou encore le développement durable.
À l'occasion de la journée des droits de l'enfant, lundi 20 novembre 2006, Saint-Paul organisait une manifestation basée sur le principe de la participation. Dans une ville imaginaire, rêvée par les écoliers de la ville, 359 marmailles se sont baladés au rythme des explications sur les thèmes du droit, de la justice, la solidarité ou encore le développement durable.
Quand on a entre 5 et 10 ans, comment savoir ce qui est juste ou pas ? Savoir ce que l'on peut faire ou ne pas faire ? Ce que l'on peut accepter et ne pas accepter ? Les droits de l'enfant doivent d'abord être appropriés par les enfants eux-mêmes afin qu'ils les respectent et les fassent respecter. C'était tout l'objet de la manifestation organisée par la mairie de Saint-Paul à l'occasion de la journée mondiale des droits de l'enfant, lundi 20 novembre. Une journée placée sous le signe de la participation pour que les principes de solidarité, justice, citoyenneté ou encore respect de l'environnement soient exprimés avant d'être enseignés. Au parc des expositions de Saint-Paul, des " maisons " thématiques avaient été installées, illustrées chacunes par des dessins d'écoliers de la commune. Des professionnels répondaient aux questions des 359 enfants qui se sont succédés toute la journée sur le site et leur ont montré comment, au quotidien, ils appliquent la convention des droits de l'enfant.

Droits et devoirs

" J'offre des fleurs à la mémé qui est triste " ou encore, " j'aide les personnes âgées ou handicapées " pouvaient-on lire sur les dessins exposés dans la maison de la solidarité tenue par une équipe de la Croix-Rouge. Dans la maison idéale de la santé, les enfants étaient sensibilisés au problème du diabète ou de l'hygiène et au tri des déchets ou à la pollution automobile dans la maison de l'environnement. Dans la maison municipale, les écoliers étaient informés sur les institutions et le fonctionnement démocratique. " Nous avons voulu mettre en avant la liberté d'expression. Implicitement, on leur a aussi demandé de travailler sur leurs devoirs ", explique Sylvaine Lopes Ferreira, de la direction de l'enfance et de la vie éducative à la mairie de Saint-Paul. Dans cet esprit, des compétitions de jeux lontan étaient organisées dans " une démarche de développement durable ". Les jeux de mok, kadok et autres pneus que l'on fait rouler entre deux bâtons sont autant d'activités ludiques qui peuvent s'improviser facilement. Un peu de récup, ses jambes pour courir et voilà qu'une activité saine qui permet de lutter conte l'obésité et protéger l'environnement est réhabilitée ! Sous la grande tente, Daniel Honoré a offert des histoires lontan à des enfants émerveillés par le conteur. Les aventures du lapin " Petit Louis ", pointaient du doigt la différence entre les droits des enfants et leur réalité sur le terrain : droit à la santé et mortalité infantile importante dans de nombreux pays, droit au repos et travail des enfants, droit au logement et enfants réfugiés... Autant d'injustices qui doivent être dénoncées, même auprès des plus petits. Une occasion aussi pour ces marmailles d'apprendre qu'ailleurs ou parfois très proches d'eux, de nombreux enfants n'ont ni la même liberté, ni le même confort de vie. Bref, pas la même chance.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !