Dernier bilan provisoire du cyclone Indlala à Madagascar :

88 morts, 30 disparus, 137 605 sinistrés


Publié / Actualisé
Selon le BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes) à Madagascar le bilan du passage du cyclone Indlala sur la Grande Île le 15 mars 2007 serait de 88 morts, 30 disparus et 137 605 sinistrés. Les risques de famine et d'épidémies sont importants
Selon le BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes) à Madagascar le bilan du passage du cyclone Indlala sur la Grande Île le 15 mars 2007 serait de 88 morts, 30 disparus et 137 605 sinistrés. Les risques de famine et d'épidémies sont importants
Dans un communiqué publié ce mercredi, la Plate-forme d'Intervention Régionale pour l'Océan Indien de la Croix Rouge publie le dernier, et hélas provisoire, bilan dressé par le BNGRC. Dans les deux zones (nord-est et nord-ouest) touchées par le cyclone 88 personnes sont décédées, 30 personnes ont disparu, 126 ont été blessées, 137 605 sont sinistrées, 38 478 habitations ont été touchées, 244 bâtiments (bâtiments administratifs, hôpitaux, écoles) et 86 ponts sont endommagés, 36 515 hectares des cultures sont détruits et 1 507 tonnes de stocks sont perdus.

Insécurité alimentaire

Le district d'Antalaha a surtout été affecté par les vents : toits envolés, maisons détruites, cultures ravagées ; alors que celui de Maroantsetra, delta recueillant les eaux du bassin versant, a subi les conséquences d'importantes inondations : villages inondés, puits noyés, cultures détruites. Les routes et ponts reliant les villes principales aux villages alentour étaient difficilement praticables, voire impraticables. L'électricité, l'eau et les lignes téléphoniques (fixes et GSM) ont été coupées pendant presque une semaine.
Dans de telles conditions, et outre l'insécurité alimentaire qui émergeait, une résurgence des maladies liées à la consommation d'une eau impropre (gastro-entérite, diarrhée, choléra, typhoïde) ou liées à la pullulation des moustiques dans de grandes étendues d'eau (paludisme, chikungunya, dengue), habituelles à la suite de cyclones ou d'inondations, étaient fortement à craindre.

5 cyclones en 3 mois

Rappelons que le 15 mars à 3 heures du matin, le cyclone Indlala frappait le nord-est de Madagascar. Il a d'abord atterri sur le district d'Antalaha, capitale de la vanille, pour ensuite se diriger vers celui de Maroantsetra, distant d'une centaine de kilomètres, qu'il mettra dix heures à atteindre.
Les vents violents avec des rafales atteignant plus de 200 km/h associés aux pluies diluviennes ont provoqué de nombreux dégâts sur un territoire déjà fragilisé par le passage de plusieurs tempêtes et cyclones.
Le cyclone Indlala est le cinquième cyclone de la saison ayant frappé Madagascar au cours des trois derniers mois : Le cyclone Bondo le 25 décembre 2006 ; cyclone Clovis le 3 janvier 2007 ; cyclone Favio le 18 janvier 2007 ; et cyclone Gamede le 26 février 2007. Enfin, un sixième cyclone, Jaya, a une nouvelle fois frappé le Nord-Est de Madagascar, dans la région de Sambava le 3 avril 2007, provoquant de nombreux dégâts.
C'est la première fois que l'île est touchée par autant de systèmes dans une période si courte.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !