Social :

Grogne agricole


Publié / Actualisé
Ce mercredi 25 juin 2008, les agriculteurs réunis en intersyndicale (FDSEA-CDJA) sont allés réclamer des explications aux usiniers. Ils contestent la date de démarrage de la campagne sucrière fixée au 2 juillet prochain alors qu'aucune garantie ne leur a été apportée concernant le prix de l'engrais. S'estimant victimes d'une " mascarade " ", les planteurs ont promis de ne pas en rester là.
Ce mercredi 25 juin 2008, les agriculteurs réunis en intersyndicale (FDSEA-CDJA) sont allés réclamer des explications aux usiniers. Ils contestent la date de démarrage de la campagne sucrière fixée au 2 juillet prochain alors qu'aucune garantie ne leur a été apportée concernant le prix de l'engrais. S'estimant victimes d'une " mascarade " ", les planteurs ont promis de ne pas en rester là.
Guy Derand, président de la FDSEA, n'hésite pas à parler de " mascarade " pour évoquer la situation actuelle, provoquée selon lui par les industriels. " On nous reproche de ne pas donner une bonne image de la profession mais je crois que les industriels sont les premiers responsables. Ils décident d'abord, lors d'un attroupement sur une plate-forme d'usine, de valider la date d'ouverture au 30 juin puis repoussent au 2 juillet, à l'issue d'un vote à main levé, tout cela sans nous demander notre avis. Cette décision, quoi qu'en dise le communiqué officiel annonçant la date du 2 juillet, n'a pas été validée par la CPCS. C'est de la tricherie de la part des industriels et de la provocation vis à vis des planteurs qui revendiquent le droit de vivre et de travailler ". Pour l'intersyndicale, il n'est pas question de commencer la campagne avant la tenue de la Commission paritaire de la canne et du sucre (CPCS). En attendant, les militants menacent de reprendre les actions coups de poing. Ce mercredi en fin de journée, des plateformes de réception dans l'est avaient déjà été saccagées par des planteurs en colère.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !