Santé publique :

Création d'une réserve sanitaire


Publié / Actualisé
Les différents retours d'expérience de gestion des crises sanitaires ainsi que le travail de préparation aux futures menaces ont conduit les ministres de l'Intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, et de la santé et des sports, à créer un établissement public national disposant de ressources nécessaires pour soutenir et sécuriser la réponse aux urgences sanitaires, indique la préfecture dans un communiqué. La structure a été baptisée "établissement public national de préparation et de réponse aux urgences sanitaires" (EPRUS).
Les différents retours d'expérience de gestion des crises sanitaires ainsi que le travail de préparation aux futures menaces ont conduit les ministres de l'Intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, et de la santé et des sports, à créer un établissement public national disposant de ressources nécessaires pour soutenir et sécuriser la réponse aux urgences sanitaires, indique la préfecture dans un communiqué. La structure a été baptisée "établissement public national de préparation et de réponse aux urgences sanitaires" (EPRUS).
Cette réserve sanitaire n'a vocation à intervenir qu'en situation de catastrophe, d'urgence ou de menace sanitaire grave. Cela lorsque les moyens habituels du système sanitaire ou des services chargés d'une mission de sécurité civile ne peuvent faire face. Elle permettra de mettre à disposition des préfets des moyens supplémentaires pour leur permettre de répondre à la crise.

La réserve sanitaire est composée de deux catégories. D'une part une réserve d'intervention de 1000 réservistes. Ces derniers sont mobilisables dans des délais très courts pour faire face à des événements graves sur le territoire national ou à l'étranger.

D'autre part, une réserve de renfort regroupant 20 000 réservistes est également mise en place. Elle est destinée à faire face à des crises sanitaires majeures comme une pandémie grippale ou aux conséquences sanitaires d'un événement de longue durée.

La réserve d'intervention ou de renfort est notamment accessible aux professionnels de santé, aux anciens professionnels de santé ayant cessé d'exercer depuis moins de trois ans, aux internes en médecine, en odontologie et en pharmacie.
La réserve de renfort peut en outre accueillir les étudiants poursuivant des études médicales, pharmaceutiques, ou des études de sages-femmes ou d'auxiliaires médicaux.

La réserve sanitaire est constituée de volontaires qui souscrivent à un engagement de trois ans auprès de l'EPRUS. Il appartient aux volontaires d'adresser leur candidature auprès du préfet de leur département de résidence.

Les personnes intéressées pour s'engager dans cette réserve, trouveront sur ce site tous les renseignements nécessaires : http://www.eprus.fr
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !