Journée mondiale d'Alzheimer :

Les aidants familiaux, victimes collatérales


Publié / Actualisé
La journée mondiale d'Alzheimer aura lieu ce lundi 21 septembre 2009. A La Réunion, l'association France Alzheimer Réunion mettra l'accent sur les aidants familiaux qui sont des victimes collatérales de cette maladie. Dès ce samedi 19 septembre, et jusqu'au dimanche 25 septembre, des manifestations seront organisées pour sensibiliser les Réunionnais sur la maladie d'Alzheimer et son accompagnement.
La journée mondiale d'Alzheimer aura lieu ce lundi 21 septembre 2009. A La Réunion, l'association France Alzheimer Réunion mettra l'accent sur les aidants familiaux qui sont des victimes collatérales de cette maladie. Dès ce samedi 19 septembre, et jusqu'au dimanche 25 septembre, des manifestations seront organisées pour sensibiliser les Réunionnais sur la maladie d'Alzheimer et son accompagnement.
L'accroissement attendu du nombre de personnes âgées laisse craindre une évolution importante du nombre de personnes atteintes de cette maladie. Ainsi, dans ce contexte de vieillissement de la population, la maladie d'Alzheimer est devenue depuis ces dernières années, un véritable enjeu de société. À La Réunion, on estimait à plus de 3 600, le nombre de personnes de plus de 75 ans atteintes de la maladie d'Alzheimer en 2006 avec une proportion de femmes nettement plus grande que d'hommes (2600 pour 1000).

Les facteurs de risques (autres que l'âge et le sexe), à savoir l'hypertension artérielle, le diabète, le surpoids, une faible activité cognitive et un environnement social pauvre, sont plus importants sur l'île qu'en Métropole. Ceci augmente donc la prévalence de la maladie dans le département. Spécificité locale, les malades restent dans leur famille, parfois même jusqu'à l'extrême limite. Selon l'Observatoire régional de santé, ils seraient 75% à vivre à domicile. Cela implique la présence d'aidants naturels, le plus souvent des membres de la famille.

Mais cette solidarité demande un don de soi pour lequel l'aidant n'est pas forcément préparé, ce qui pourrait être néfaste sur sa santé physique et psychologique. En effet, s'occuper d'une personne atteinte d'Alzheimer demande d'abord une très grande disponibilité. Les familles déclarent consacrer entre 5 heures et 17,5 heures à l'accompagnement de la personne malade. Conséquence, 82,3% des aidants expriment ressentir physique. Cette fatigue est accompagnée d'un isolement social. L'aspect financier est non négligeable puisque s'occuper d'une personne malade à domicile demande un investissement de près de 10 000 euros par an (contre 16 000 euros dans un établissement spécialisé). La valorisation informelle apportée par les aidants familiaux représente en outre plus de 16 000 ? par an pour une assistance moyenne de 5 heures par jour.

Pour aider les accompagnants, le plan Alzheimer 2008-2012 prévoit un certain nombre de mesures spécifiques, notamment le développement et la diversification des structures de répit. Elles sont destinées à assurer une prise en charge de qualité pour la personne atteinte, tout en garantissant un temps de répit pour l'aidant, adapté à ses attentes, et en permettant le recours à ces structures par des mesures financières appropriées. Les autres mesures phares sont la création d'un numéro de téléphone et d'un site internet d'information sur la maladie, l'amélioration du soin à domicile grâce aux nouvelles technologies ou encore l'amélioration du suivi sanitaire des aidants naturels.

Pour plus d'informations sur la journée mondiale d'Alzheimer : http://www.reunion-alzheimer.org

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !