Après les élections régionales :

Françoise Vergès: "il faut sauver le contenu de la MCUR"


Publié / Actualisé
Soutenue ou décriée, les débats autour de la Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise (MCUR) animent l'actualité depuis la fin des élections régionales. En effet, au soir de sa victoire, Didier Robert avait promis de mettre fin à ce projet porté par le président sortant de la Région, Paul Vergès. Une annonce qui a provoqué "l'émotion" de Françoise Vergès, directrice scientifique de la Maison des civilisations. Pour elle, "il faut sauver le contenu de la MCUR". Lors d'une conférence de presse organisée ce jeudi 25 mars 2010, le comité de soutien à la MCUR a tenu à défendre ce projet.
Soutenue ou décriée, les débats autour de la Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise (MCUR) animent l'actualité depuis la fin des élections régionales. En effet, au soir de sa victoire, Didier Robert avait promis de mettre fin à ce projet porté par le président sortant de la Région, Paul Vergès. Une annonce qui a provoqué "l'émotion" de Françoise Vergès, directrice scientifique de la Maison des civilisations. Pour elle, "il faut sauver le contenu de la MCUR". Lors d'une conférence de presse organisée ce jeudi 25 mars 2010, le comité de soutien à la MCUR a tenu à défendre ce projet.
C'est sur le "contenu" que se sont essentiellement concentrés Françoise Vergès, Eric Alendroit et Carpanin Marimoutou pour défendre le projet de Maison des Civilisations. Pour la directrice scientifique, ce projet est "le fruit d'un travail sérieux". "Nous avons fait appel à des spécialistes du monde entier, notre documentation est extrêmement poussé", souligne t-elle. "On nous accuse de mettre la culture réunionnaise dans une boîte. Je n'ai pas entendu de protestations concernant le musée de Villèle ou le musée Stella Matutina", ajoute t-elle.

Puis Eric Alendroit rappelle les différentes actions mises en place depuis le lancement du projet. "La MCUR, c'est des rencontres, des débats, des échanges, des productions. Pour y parvenir, il fallait du personnel. Ce n'est pas une équipe fantôme. C'est inadmissible qu'un élu dise qu'il va porter plainte contre les salariés et demander le remboursement des salaires perçus", affirme t-il. Même son de cloche pour Carpanin Marimoutou qui rappelle le rôle "pédagogique" de la structure.

Pour Françoise Vergès, la question du coût de la MCUR (87 millions d'euros) n'est qu'un "prétexte pour attaquer le contenu". "Il y a plusieurs projets de musées en France qui ont des coûts similaires. Ils n'ont pas fait l'objet d'autant d'attaques", rappelle t-elle. Des attaques qui semblent aujourd'hui provoquer la réticence des donateurs. "J'ai reçu des lettres de plusieurs donateurs qui veulent récupérer les différentes ?uvres", annonce Françoise Vergès. De plus, "si un nouveau projet sort de terre, il faudra recommencer toute la procédure et renégocier des fonds avec l'Etat et l'Europe", poursuit Eric Alendroit.

Pour ne pas en arriver là, l'objectif pour le comité de soutien à la MCUR est de sauver le "contenu du projet". "Nous sommes prêts à changer de bâtiment tant que la finalité reste la même", concède la directrice scientifique. "Mais l'édifice devra tout de même refléter la culture réunionnaise", nuance t-elle. Malgré ces v?ux pieux, les membres du comité sont bien conscients que "la décision finale revient à la nouvelle majorité". À la question du devenir des sommes déjà dépensées dans les études en cas d'annulation du projet, Eric Alendroit répond : "Ce sera à la Région d'assumer la responsabilité de ses choix".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)