Prime bagasse :

La Séchilienne SIDEC veut sa part


Publié / Actualisé
La prime bagasse attire les convoitises. Dernière prétendante en date, la Séchilienne SIDEC, propriétaire des centrales thermiques de Bois-Rouge et du Gol qui réclame une part de la prime pour financer la gestion des fonds qui seront versés aux usiniers, puis aux planteurs. Une attitude dénoncée par Jean-Yves Minatchy, président de la Chambre d'agriculture. Lors d'une conférence organisée ce dimanche 18 avril 2010, il a demandé au groupe d'abandonner ses prétentions.
La prime bagasse attire les convoitises. Dernière prétendante en date, la Séchilienne SIDEC, propriétaire des centrales thermiques de Bois-Rouge et du Gol qui réclame une part de la prime pour financer la gestion des fonds qui seront versés aux usiniers, puis aux planteurs. Une attitude dénoncée par Jean-Yves Minatchy, président de la Chambre d'agriculture. Lors d'une conférence organisée ce dimanche 18 avril 2010, il a demandé au groupe d'abandonner ses prétentions.
"C'est inacceptables de demander aux pauvres planteurs une prime obtenue après des années de combat", s'indigne Jean-Yves Minatchy. Pour le président de la chambre d'agriculture, "la Séchilienne ne fait pas partie de l'accord signé le 21 décembre 2009". Selon cet accord, les agriculteurs gagneront 11,05 euros par tonne de canne, les industriels obtiendront 1,70 euros et 25 centimes seront versés à la recherche. C'est donc au total 13 euros par tonne de canne qu'EDF doit verser à la Séchilienne, qui versera à son tour aux industriels qui paieront les planteurs.

C'est parce que le groupe propriétaire des centrales thermiques fait partie de cette chaîne qu'il prétend à obtenir une part de la prime bagasse. "Nous ne pouvons pas laisser cette société prendre de l'argent qui appartient aux planteurs", rétorque Jean-Yves Minatchy. "Les agriculteurs ont besoin de cet argent. Ils ont déjà investi dans du matériel", ajoute t-il. Deux solutions pour le président de la chambre d'agriculture. Soit la Séchilienne abandonne ses prétentions, soit "EDF doit verser directement les 13 euros aux usiniers". Quoi qu'il en soit, Jean-Yves Minatchy souhaite qu'une solution soit trouvée avant la venue la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, le 24 avril prochain. A défaut, "nous devrons nous tourner vers la ministre", prévient-il.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...