Front de gauche :

"La retraite à 60 ans avec 37,5 annuités, c'est possible"


Publié / Actualisé
Le front de gauche a précisé son point de vue sur le dossier de la réforme des retraites ce jeudi 29 avril 2010. Il milite pour le maintien de l'âge de départ en retraite à 60 ans et affirme qu'il est possible de financer le système des retraites avec 37,5 années de cotisations. Eric Ducroux, porte parole du front de gauche sur le volet des retraites, a fait part des propositions du front de gauche pour répondre à la problématique du financement des retraites et pour faire face au déficit toujours plus important de la branche vieillesse du régime général (salariés) de la Sécurité sociale, évalué à 10 milliards pour 2010. Le front de gauche annonce qu'il sera dans le cortège de ce samedi 1er mai pour dénoncer la politique du gouvernement en matière de retraites.
Le front de gauche a précisé son point de vue sur le dossier de la réforme des retraites ce jeudi 29 avril 2010. Il milite pour le maintien de l'âge de départ en retraite à 60 ans et affirme qu'il est possible de financer le système des retraites avec 37,5 années de cotisations. Eric Ducroux, porte parole du front de gauche sur le volet des retraites, a fait part des propositions du front de gauche pour répondre à la problématique du financement des retraites et pour faire face au déficit toujours plus important de la branche vieillesse du régime général (salariés) de la Sécurité sociale, évalué à 10 milliards pour 2010. Le front de gauche annonce qu'il sera dans le cortège de ce samedi 1er mai pour dénoncer la politique du gouvernement en matière de retraites.
"La génération actuelle entre en moyenne dans la vie active à 22,5 ans et ne peut donc pas cotiser plus de 37,5 ans pour prendre la retraite à 60 ans" constate Eric Ducroux. "Parmi ceux qui partent à la retraite à 60 ans, seuls 4 sur 10 sont en emploi, les 6 autres sont soit au chômage, soit en maladie, soit en invalidité" poursuit le porte parole du front de gauche sur le volet des retraites et membre de la fédération pour une alternative sociale et écologique.

Le besoin de financement généré par le déséquilibre du régime général serait, d'après le gouvernement, de près de 10 milliards d'euros pour 2010. Le front de gauche fait plusieurs propositions pour remédier à ce déficit : "La retraite à 60 ans avec 37,5 annuités, c'est possible en réduisant le chômage, en augmentant le taux de cotisations patronales qui stagnent depuis 30 ans, en élargissant l'assiette aux revenus du travail exonérées de cotisations (intéressement, stock-option, participation aux résultats) qui correspond à un manque à gagner de plus de 5 milliards". "Cela ne modifie pas la compétitivité des entreprises car il s'agit de rémunérations prélevées sur les résultats" assure Eric Ducroux.

Pour rééquilibrer le régime général, le front de gauche lance deux autres propositions qui s'ajouteraient aux précédentes : augmenter les salaires et taxer le capital. "Le financement des retraites est possible à condition d'en finir avec l'actuel partage de la richesse au bénéfice des revenus financiers. Les groupes du CAC 40 ont distribué près de 57,2 milliards d'euros de dividendes à leurs actionnaires en 2008. Versées en 2009, en pleine crise, les dividendes des résultats 2008 dépassent 54 milliards d'euros pour les entreprises du CAC 40" constate le front de gauche.

Aujourd'hui, en France, plus d'un million de retraités vivent sous le seuil de pauvreté. Cette "paupérisation" des retraités incite la population à recourir à des assurances privées, "sauf que le plus grand nombre ne peut pas épargner et se constituer un patrimoine. Ce mécanisme ne fera qu'accroître les inégalités. Selon nous, la retraite, c'est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas. La population a le droit de vivre décemment après 37,5 années de labeur. Nous défendrons cet acquis social" termine Eric Ducroux.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !