Enseignants mutés en métropole :

Les profs plantent leurs tentes au Rectorat


Publié / Actualisé
Les enseignants mutés en région parisienne à la rentrée prochaine ont exprimé leur mécontentement en plantant trois tentes dans la cour à l'entrée du Rectorat et ont décidé de camper sur place dès ce jeudi matin 6 mai 2010. Ils ont lancé une "opération vérité" au Rectorat. Ils ont tenté d'obtenir des explications vis-à-vis de l'Académie qui a formulé des avis défavorables à leurs demandes d'affectation à titre provisoire dans le département. Les professeurs ont été reçus par deux responsables académiques. "Peu d'avancées sur le dossier. C'est un vrai dialogue de sourd" estime le collectif des enseignants mutés.
Les enseignants mutés en région parisienne à la rentrée prochaine ont exprimé leur mécontentement en plantant trois tentes dans la cour à l'entrée du Rectorat et ont décidé de camper sur place dès ce jeudi matin 6 mai 2010. Ils ont lancé une "opération vérité" au Rectorat. Ils ont tenté d'obtenir des explications vis-à-vis de l'Académie qui a formulé des avis défavorables à leurs demandes d'affectation à titre provisoire dans le département. Les professeurs ont été reçus par deux responsables académiques. "Peu d'avancées sur le dossier. C'est un vrai dialogue de sourd" estime le collectif des enseignants mutés.
L'ambiance était électrique ce jeudi matin au Rectorat. Peu après 8h30, les enseignants ont planté deux premières tentes devant le bâtiment, puis ont voulu obtenir des comptes auprès du Rectorat. Après avoir forcé l'entrée, les profs se sont entretenus avec la DRH de l'Académie. Ils ont à nouveau fait part de leur point de vue sur les heures supplémentaires dans le département. Trois autres tentes ont ensuite été plantées dans la cour de l'Académie.

Le président de la Région, Didier Robert a demandé une audience conjointe avec les enseignants auprès du Recteur, ainsi qu'auprès de Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-Mer.

Le "collectif des profs 974", pour sa part, prépare le débat qu'il souhaiterait mettre en place lors de la venue dans l'île de Marie-Luce Penchard.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !