Mesures d'austérité à la mairie de Saint-Louis :

Le SAFPTR dépose un recours auprès du Tribunal administratif


Publié / Actualisé
Le syndicat SAFPTR (syndicat autonome de la fonction publique territoriale) qui soutient les employés communaux de Saint-Louis a déposé un recours en référé auprès du Tribunal administratif de Saint-Denis ce mardi après-midi 18 mai 2010. Le syndicat demande l'annulation de la baisse des salaires de 5% des employés de la municipalité saint-louisienne et précise que le recours a été déposé au nom de l'Intersyndicale (SAFPTR, CGTR, FO et CFTC). La motion portant sur la réduction des salaires avait été adoptée le 12 mai dernier en conseil municipal. Le projet avait été validé à 29 voix pour et 8 contre. Il est intégré au budget primitif de la commune, voté ce même jour et entrera en application à compter du 1er juin.
Le syndicat SAFPTR (syndicat autonome de la fonction publique territoriale) qui soutient les employés communaux de Saint-Louis a déposé un recours en référé auprès du Tribunal administratif de Saint-Denis ce mardi après-midi 18 mai 2010. Le syndicat demande l'annulation de la baisse des salaires de 5% des employés de la municipalité saint-louisienne et précise que le recours a été déposé au nom de l'Intersyndicale (SAFPTR, CGTR, FO et CFTC). La motion portant sur la réduction des salaires avait été adoptée le 12 mai dernier en conseil municipal. Le projet avait été validé à 29 voix pour et 8 contre. Il est intégré au budget primitif de la commune, voté ce même jour et entrera en application à compter du 1er juin.
Le syndicat autonome de la fonction publique territoriale considère la délibération adoptée en conseil municipal comme "illégale", explique Karl Malbrouck, délégué syndical du SAFPTR. "On n'a pas le droit de diminuer unilatéralement les salaires des fonctionnaires. De plus ce n'est pas de la compétence du conseil municipal de toucher au statut mais à la loi votée par le parlement. Le délégué syndical précise par ailleurs: "C'est un combat syndical et pas un combat politique. Il ne faut pas noyer le poisson. Les employés n'ont pas à payer les erreurs des instances politiques quelles qu'elles soient. Par ailleurs, la manière dont les choses se sont faites n'est pas tolérable. Tout a été imposé aux employés".

Le syndicat craint que la délibération adoptée en conseil municipal ne "fasse jurisprudence pour les autres communes" et "aggrave la précarité des agents communaux". Le SAFPTR préconise la "création d'un fonds de solidarité à l'initiative de l'Assemblée des maires afin que toutes les communes mettent la main à la poche pour les municipalités en situation de redressement".

L'organisation syndicale demande au préfet de saisir en urgence le Tribunal administratif pour casser la décision adoptée en conseil municipal.

Patrick Corré de la CGTR commente le conflit à Saint-Louis dans un communiqué ce mardi : "L'ancien maire de Saint-Louis, Cyrille Hamilcaro tente d'instrumentaliser ce conflit social pour régler ses comptes politiciens avec l'exécutif de la mairie saint-louisienne. Cette volonté d'instrumentalisation politique est inacceptable et intolérable". "Il ne faudrait pas que la mesure de Claude Hoarau serve de prétexte et de point d'appui aux employeurs publics et au patronat pour comprimer davantage les salaires" ajoute Patrick Corré. Le responsable syndical demande au maire se Saint-Louis de "convoquer d'urgence un conseil municipal extraordinaire afin de surseoir à la baisse de 5 % des salaires des employés communaux".

Pour rappel, cette mesure avait été votée après une journée de tensions à Saint-Louis. Après l'avis favorable formulé par le comité technique paritaire, près de 200 manifestants avaient bloqué la 4 voies, puis avaient été chargés par les forces de l'ordre vers midi.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !