Environnement - gestion des eaux usées :

Station d'épuration du Grand Prado : Veolia retenu


Publié / Actualisé
Le groupe Veolia a été retenu ce mercredi 26 mai 2010 pour mener le projet de construction de la station d'épuration des eaux usées et de traitement des boues au Grand Prado (Sainte-Marie). Pour la Cinor (communauté intercommunale du nord de La Réunion), il s'agit de "satisfaire aux dispositions de la directive européenne "eaux résiduaires urbaines". Cette station d'épuration de grande ampleur constitue l'une des plus importante restant à construire en France" indique la communauté intercommunale du nord de La Réunion.
Le groupe Veolia a été retenu ce mercredi 26 mai 2010 pour mener le projet de construction de la station d'épuration des eaux usées et de traitement des boues au Grand Prado (Sainte-Marie). Pour la Cinor (communauté intercommunale du nord de La Réunion), il s'agit de "satisfaire aux dispositions de la directive européenne "eaux résiduaires urbaines". Cette station d'épuration de grande ampleur constitue l'une des plus importante restant à construire en France" indique la communauté intercommunale du nord de La Réunion.
Le groupement Veolia propose "une intégration harmonieuse des installations dans leur environnement, l'enfouissement partiel des ouvrages de traitement de grande taille, réduisant l'impact visuel ; une installation soucieuse de la réduction des nuisances ; un traitement biologique par boues activées, une désodorisation par traitement physicochimique". La solution retenue pour le traitement de l'eau est à base de carbone, pour les rejets en zone sensible un traitement plus poussé sera mené. Les boues provenant des eaux usées pourront par ailleurs être compostées.

Le projet retenu par le Conseil communautaire le 25 mai 2010 sera ramené à un dimensionnement de 160 000 équivalents par habitants, contre les 200 000 prévus, avec une extension possible à 235 000 équivalents par habitants. Le montant du projet s'élève à plus de 73 millions euros. La Cinor y contribuera à hauteur de 22 millions d'euros et Veolia apportera un complément de financement de 12 millions d'euros.

Pour les usagers la facture devrait s'élever en moyenne à 3 euros le m3. La Cinor a lancé un appel à l'Europe, l'Etat, la Région et le Département pour obtenir des subventions pour finaliser ce projet dont le contrat devrait être signé le 15 juin prochain pour une mise en service industrielle en avril 2013.

L'objectif que recherchait Ericka Bareigts, présidente de la Cinor, était d'une part "d'anticiper les évolutions règlementaires et mettre en ?uvre le principe de précaution concernant la qualité des rejets d'eau épurée dans l'océan ; d'autre part, de privilégier une solution concernant le traitement des boues assurant une grande capacité d'évolution et d'intégration dans des filières différenciées de valorisation, en premier lieu agricole, mais aussi à terme énergétique". Pour la Cinor, "cet équipement se doit d'être une référence exemplaire pour le territoire de la communauté intercommunale du nord de La Réunion".

Le groupement Veolia est composé de la Générale des eaux (mandataire), de la Caisse des Dépôts et Consignation, de l'OFI Infravia (finance), de l'EGIS Eau (maître d'?uvre), de la SBTPC (génie civil), de la SOGEA Réunion (génie civil), de l'OTV (épurateur), P. Le Priol Architecte (architecte), de 2APMR (architecture environnement) et d'Univers (paysagiste).

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !