Bilan épidémiologique :

L'hiver neutralise le chik


Publié / Actualisé
Les services de l'Agence régionale de santé ont publié ce jeudi 8 juillet 2010 le dernier bilan épidémiologique relatif au chikungunya. Premier constat, " la tendance à la baisse se confirme avec l'arrivée des températures hivernales". Ainsi, depuis le 23 juin 2010, 6 nouveaux cas confirmés de chikungunya et 4 nouveaux cas probables ont été identifiés. Les cas confirmés sont domiciliés dans les communes suivantes : Saint-Denis (1), La Possession (1), Saint-Paul (4, tous localisés à Saint-Gilles les-Bains). Au total, on compte 100 cas confirmés et 32 cas probables.
Les services de l'Agence régionale de santé ont publié ce jeudi 8 juillet 2010 le dernier bilan épidémiologique relatif au chikungunya. Premier constat, " la tendance à la baisse se confirme avec l'arrivée des températures hivernales". Ainsi, depuis le 23 juin 2010, 6 nouveaux cas confirmés de chikungunya et 4 nouveaux cas probables ont été identifiés. Les cas confirmés sont domiciliés dans les communes suivantes : Saint-Denis (1), La Possession (1), Saint-Paul (4, tous localisés à Saint-Gilles les-Bains). Au total, on compte 100 cas confirmés et 32 cas probables.
Malgré cette tendance à la baisse, "le virus continue de circuler sur la commune de Saint-Paul et la persistance de précipitations sur l'île est favorable au développement des moustiques". En effet, "si l'indice de Breteau moyen (nombre de gîtes larvaires positifs pour 100 maisons) a diminué de 20% depuis mai, il reste supérieur à celui relevé en juin 2009".

Rappelons que le chikungunya est une maladie transmise par les moustiques. Elle se manifeste par l'apparition brutale de fièvre éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, nausées ou fatigue. 



En cas de fièvre, il est indispensable de consulter rapidement un médecin afin de permettre aux équipes de la LAV (lutte anti vectorielle), de procéder à des actions de démoustication autour des cas signalés et aux communes concernées, de renforcer les actions de nettoyage et de traitement des déchets.

L'ARS conseille aussi aux voyageurs qui se rendent dans des zones tropicales de "prévenir le risque d'infection" en se protégeant contre les piqûres de moustiques durant leur voyage et après leur retour à La Réunion.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !