Campagne sucrière paralysée :

Statu quo chez les planteurs


Publié / Actualisé
Le blocage continue aux usines du Gol et de Bois-Rouge ce samedi 24 juillet 2010. En effet, la réunion de négociation entre les syndicats d'agriculteurs et les usiniers qui s'est tenue ce vendredi 23 juillet n'a abouti à rien. Conséquence, les livraisons de cannes ne peuvent toujours pas être effectuées.
Le blocage continue aux usines du Gol et de Bois-Rouge ce samedi 24 juillet 2010. En effet, la réunion de négociation entre les syndicats d'agriculteurs et les usiniers qui s'est tenue ce vendredi 23 juillet n'a abouti à rien. Conséquence, les livraisons de cannes ne peuvent toujours pas être effectuées.
Après 6 heures de discussions, la situation semblait pourtant en passe d'être débloquée. La CGPER et les usiniers étaient tombés d'accord sur le principe d'une présence ponctuelle de l'opérateur chargé de surveiller l'opération d'échantillonnage de la canne. Auparavant, sa présence était continue, raison de la colère des agriculteurs qui dénonçaient des "pressions" exercées par certains de ces observateurs. Ce point d'entente oralement validé, les syndicalistes de la CGPER se sont retirés pour consulter leurs adhérents.

"A notre retour, le discours des usiniers avait changé", indique Patrice Pounoussamy, vice-président de la CGPER. "Ils nous ont dit qu'il y aura constamment un observateur sur la zone d'échantillonnage. Ce qui changera, c'est que ce ne sera pas tous les jours la même personne. Il y aura des alternances", précise t-il. "Nous avons refusé cette proposition et avons quitté la table des négociations", poursuit-il. Une nouvelle rencontre devrait avoir lieu ce samedi 24 juillet.

Pour rappel, le blocage des usines a débuté le 21 juillet dernier. Pour chaque jour de paralysie, ce sont près de 17 000 tonnes de cannes qui ne sont pas livrées dans les deux usines.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !