Interdiction de quitter les Comores :

Les Ligues des droits de l'Homme se mobilisent pour Saïd Larifou


Publié / Actualisé
La FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme), la LDH (Ligue française pour la défense des droits de l'Homme et du citoyen) et sa section de La Réunion demandent aux autorités comoriennes de permettre à Maître Saïd Larifou de retourner "librement" à La Réunion. En effet, l'avocat franco-comorien, actuellement aux Comores, est toujours sous le coup d'une interdiction de quitter le territoire depuis début juin 2010.
La FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme), la LDH (Ligue française pour la défense des droits de l'Homme et du citoyen) et sa section de La Réunion demandent aux autorités comoriennes de permettre à Maître Saïd Larifou de retourner "librement" à La Réunion. En effet, l'avocat franco-comorien, actuellement aux Comores, est toujours sous le coup d'une interdiction de quitter le territoire depuis début juin 2010.
Saïd Larifou est le président du parti politique, le Rassemblement pour une initiative de développement avec une jeunesse avertie (Ridja), qui se situe dans l'opposition à l'actuel président de la République Islamique des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi.
Début juin 2010, il s'est rendu aux Comores pour y tenir des réunions politiques, en préparation des prochaines élections présidentielles de novembre 2010.


Lorsqu'il a voulu reprendre l'avion pour Mohéli et La Réunion, le 6 juin dernier, il a été agressé et interdit de quitter le territoire de la Grande Comore. Selon le communiqué,
 "après s'être rendu au Tribunal de Moroni, le procureur lui a signifié qu'il ne peut quitter les Comores sans une autorisation".
ce que contestent 
la FIDH, la LDH et sa section de La Réunion qui demandent aux autorités comoriennes "de se conformer aux dispositions internationales relatives à la protection des droits de l'Homme".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !