Interdiction de quitter les Comores :

Une délégation pour récupérer Saïd Larifou


Publié / Actualisé
Une délégation composée d'avocats et de membres du comité de soutien à Saïd Larifou veut se rendre à Moroni (Comores) pour ramener l'avocat franco-comorien à La Réunion. C'est ce que rapporte le Quotidien de ce jour. En effet, malgré les diverses sollicitations du comité (courrier à l'Elysée, au Quai d'Orsay, à la préfecture), aucune solution concrète n' été trouvée pour l'heure. La délégation pourrait s'envoler pour l'île comorienne ce mardi 10 août ou ce jeudi 12 août, en fonction des "conditions de sécurité à l'arrivée".
Une délégation composée d'avocats et de membres du comité de soutien à Saïd Larifou veut se rendre à Moroni (Comores) pour ramener l'avocat franco-comorien à La Réunion. C'est ce que rapporte le Quotidien de ce jour. En effet, malgré les diverses sollicitations du comité (courrier à l'Elysée, au Quai d'Orsay, à la préfecture), aucune solution concrète n' été trouvée pour l'heure. La délégation pourrait s'envoler pour l'île comorienne ce mardi 10 août ou ce jeudi 12 août, en fonction des "conditions de sécurité à l'arrivée".
A moins que Saïd Larifou soit autorisé à quitter le territoire d'ici là. En effet, le Quotidien indique que dans une note datée du 4 août, le ministre de l'Union des Comores en charge des élections, Abdourahaman Ben Cheikh Achiraf, demande que "toutes les mesures d'arrestation, d'interdiction de circuler à l'intérieur comme à l'extérieur prises à l'encontre des dirigeants politiques sans l'autorisation de l'autorité judiciaire soient levées sans délai".

Saïd Larifou est le président du parti politique, le Rassemblement pour une initiative de développement avec une jeunesse avertie (Ridja), qui se situe dans l'opposition à l'actuel président de la République Islamique des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi.
Début juin 2010, il s'est rendu aux Comores pour y tenir des réunions politiques, en préparation des prochaines élections présidentielles de novembre 2010.
Lorsqu'il a voulu reprendre l'avion pour Mohéli et La Réunion, le 6 juin dernier, il a été agressé et interdit de quitter le territoire de la Grande Comore.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !