Saint-Denis - Ralé-poussée devant la mosquée :

"Respekt anou"


Publié / Actualisé
Dans un communiqué publié ce lundi 16 août 2010, le collectif Non au racisme, respekt anou condamne l'usage de gaz lacrymogène par les policiers pour disperser la foule devant la mosquée de Saint-Denis le vendredi 13 août. Les faits se sont produits à la suite d'une altercation à la sortie de la prière entre Abdoul Hack Juan, fils de Nassimah Dindar, présidente du conseil général, et une patrouille de police.
Dans un communiqué publié ce lundi 16 août 2010, le collectif Non au racisme, respekt anou condamne l'usage de gaz lacrymogène par les policiers pour disperser la foule devant la mosquée de Saint-Denis le vendredi 13 août. Les faits se sont produits à la suite d'une altercation à la sortie de la prière entre Abdoul Hack Juan, fils de Nassimah Dindar, présidente du conseil général, et une patrouille de police.
Le collectif se demande ce "que faisait une patrouille de police dans la rue piétonne Maréchal Leclerc en pleine heure de pointe, le 2ème jour du Ramadan et jour de prière (vendredi) devant la mosquée de Saint Denis".

Il estime "intolérable" l'usage "de grenades lacrymogènes au milieu d'enfants". Le collectif commente ensuite "la politique de stigmatisation des " français d'origine étrangère " menée par le Président Nicolas Sarkozy et dénoncée par les experts de l'ONU du comité de lutte contre les discriminations raciales semble déteindre sur les agents de l'ordre public ici, à La Réunion".

Le collectif souligne aussi que "à La Réunion, aucune communauté n'est considérée comme étant inférieure à une autre" et que "l'amalgame délinquants / Français d'origine étrangère, pour ne pas dire musulmans, n'a pas sa place et n'a pas lieu d'être à La Réunion". Notre unité aura le dernier mot. Nous ne nous laisserons pas faire".

www.ipreunion
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !