Réforme des retraites :

Le monde agricole s'inquiète


Publié / Actualisé
La réforme des retraites était au c?ur des débats, ce dimanche 22 août 2010 à Bras Panon. En présence d'une centaine de retraités agricoles Jean-Yves Minatchy président de la chambre d'agriculture et de la CGPER (coopérative générale des planteurs et éleveurs de La Réunion) a fait part des préoccupations du monde agricole concernant les retraites des agriculteurs.
La réforme des retraites était au c?ur des débats, ce dimanche 22 août 2010 à Bras Panon. En présence d'une centaine de retraités agricoles Jean-Yves Minatchy président de la chambre d'agriculture et de la CGPER (coopérative générale des planteurs et éleveurs de La Réunion) a fait part des préoccupations du monde agricole concernant les retraites des agriculteurs.
Concernant l'âge de départ à la retraite, "nous souhaitons que le gouvernement prenne en compte les spécificités agricoles de la Réunion, à savoir les terrains accidentés, la pénibilité du travail ou encore le climat", lance Jean-Yves Minatchy.

Il souligne qu'à La Réunion, plus de 75% des 15 000 retraités agricoles vivent en dessous du seuil de pauvreté (environ 820 euros - ndlr). "Beaucoup survivent avec 355 euros par mois" se désole le président de la chambre verte. Pour remédier à cette situation, la chambre d'agriculture et la CGPER demandent une retraite minimum de 870 euros par mois et le versement d'une prime de 300 euros à la fin de l'année.

Le syndicat propose que cette valorisation des retraites se fasse par le biais de la taxe sur les terrains nus. Selon le président de la chambre consulaire, l'État perçoit entre 21 et 50 millions d'euros grâce à cet impôt. Jean-Yves Minatchy demande que 50% de cette somme soit attribuée au système de retraite. "Le montant des retraites serait ainsi revalorisé. Cela éviterait que des agriculteurs soient obligés de travailler jusqu'à 70 ans en raison de trop faibles revenus à leur cessation d'activités" explique, en substance, le président de chambre. Il ajoute que ces départs permettraient de dégager 4 000 hectares de terres agricoles en faveur de jeunes agriculteurs.

Le dossier des retraites n'est pas nouveau pour la chambre d'agriculture et la CGPER. "Nous y travaillons depuis 2002" dit Jean-Yves Minatchy. En 2009, 570 agriculteurs sont partis à la retraite contre 670 en 2002, note le président de la chambre verte.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !