Agriculture :

La filière canne va mieux


Publié / Actualisé
L'année 2010 est l'année de la reprise pour les planteurs de cannes. C'est le constat établi par Jean-Yves Minatchy, président de la chambre d'agriculture et de la CGPER, lors d'une conférence de presse organisée ce dimanche 29 août 2010 dans une exploitation de l'Ouest. La prime bagasse et la baisse du coût de l'engrais ont permis aux planteurs de réinvestir. Le syndicat agricole se fixe donc de nouveaux objectifs pour les années futurs. Des objectifs qui ne pourront être atteint que si les contraintes administratives des planteurs diminuent. C'est le nouveau cheval de bataille de la CGPER qui va plaider en ce sens auprès des élus dès ce lundi 30août.
L'année 2010 est l'année de la reprise pour les planteurs de cannes. C'est le constat établi par Jean-Yves Minatchy, président de la chambre d'agriculture et de la CGPER, lors d'une conférence de presse organisée ce dimanche 29 août 2010 dans une exploitation de l'Ouest. La prime bagasse et la baisse du coût de l'engrais ont permis aux planteurs de réinvestir. Le syndicat agricole se fixe donc de nouveaux objectifs pour les années futurs. Des objectifs qui ne pourront être atteint que si les contraintes administratives des planteurs diminuent. C'est le nouveau cheval de bataille de la CGPER qui va plaider en ce sens auprès des élus dès ce lundi 30août.
"Les planteurs ont repris confiance", lance Jean-Yves Minatchy. Les dégâts du cyclone Gamède sont oubliés. La flambée des prix de l'engrais également. Et le versement de la prime bagasse a donné un "vrai coup de pouce" aux planteurs.

Preuve de la bonne santé de la filière, "les agriculteurs veulent investir", explique le responsable syndical. En effet, au 1er semestre 2010 750 hectares de terres en friche ont été replantées contre 650 hectares en 2009. Ce dynamisme se traduit aussi par une mécanisation croissante avec 12 nouvelles coupeuses mécaniques mises sur le marché cette année. "L'engouement est tel que les planteurs doivent attendre plusieurs jours pour obtenir certaines boutures", se réjouit le président de la chambre consulaire.

Face à ce constat satisfaisant, la chambre d'agriculture se fixe déjà plusieurs objectifs. D'abord, atteindre les 2 millions de tonnes de cannes récoltées à l'horizon 2015 puis les 2,5 millions de tonnes de cannes récoltées pour 2020. Des objectifs "atteignables" selon Jean-Yves Minatchy mais "sous certaines conditions". Le syndicaliste se plaint en effet des contraintes et des délais administratifs "trop long".

Par exemple, lorsqu'un agriculteur veut planter sur 7 hectares et faire un investissement supérieur à 15 000 euros, il doit présenter un "projet global d'exploitation". L'étude de ce projet peut prendre 3 mois, selon Jean-Yves Minatchy. "C'est trop long. Les planteurs ont besoin d'autorisations rapides", affirme le président de la CGPER. La question des délais et des contraintes sera abordée dès ce lundi 30 août. "Nous allons rencontrer les élus de La Réunion pour qu'ils plaident en faveur d'un allègement des contraintes administratives", indique le responsable syndical.

Autre combat que la CGPER promet de "prendre à bras le corps", les discussions sur le règlement sucrier en 2014. "Si nous n'obtenons pas sa renégociation, c'est la mort de la filière", prévient Jean-Yves Minatchy.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !