Fonction publique :

Les syndicats CGTR s'unissent


Publié / Actualisé
Pour "mieux se faire entendre", les syndicats CGTR de la fonction publique vont s'unir au sein d'une "Union des fonctions publiques". "Les problématiques revendicatives se posent de plus en plus de façon transversale et ce, dans tous les versants de la fonction publique (ndlr : d'état, territorial, hospitalière)", justifie Patrick Corré, secrétaire général adjoint de l'Union des fonctions publiques CGTR. D'où la mise en place de cet organe qui aura pour objectif de coordonner l'action des différents syndicats. Sa création devrait être officialisée lors du congrès du syndicat, prévu les 18, 19 et 20 novembre prochain.
Pour "mieux se faire entendre", les syndicats CGTR de la fonction publique vont s'unir au sein d'une "Union des fonctions publiques". "Les problématiques revendicatives se posent de plus en plus de façon transversale et ce, dans tous les versants de la fonction publique (ndlr : d'état, territorial, hospitalière)", justifie Patrick Corré, secrétaire général adjoint de l'Union des fonctions publiques CGTR. D'où la mise en place de cet organe qui aura pour objectif de coordonner l'action des différents syndicats. Sa création devrait être officialisée lors du congrès du syndicat, prévu les 18, 19 et 20 novembre prochain.
Cette Union portera principalement 3 revendications. D'abord, "nous demandons le gel des suppressions de postes dans la fonction publique", indique Patrick Corré. "Dans un département où le chômage frôle les 30%, ce coût de rabot ne doit pas nous concerner", explique t-il. La CGTR souhaite au contraire davantage d'embauches dans ce secteur dans le cadre d'un "plan de rattrapage". "La Réunion est un des départements où le taux d'emploi dans la fonction publique est le plus faible de France. Dans le domaine de l'éducation, l'île arrive même en dernière position", précise le secrétaire général adjoint. Enfin, le syndicat souhaite évoquer la question des contrats précaires qui "sont de plus en plus utilisés". "Il faut trouver une solution. Nous proposons une table ronde autour de cette problématique", affirme Patrick Corré.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !