Admission post-bac :

L'Unef veut un dispositif "simplifié"


Publié / Actualisé
Du 20 janvier au 31 mai 2011, les lycéens doivent remplir une fiche d'admission post-bac dans laquelle ils inscrivent leurs v?ux d'orientation pour les études supérieures. Pour l'Unef (Union nationale des étudiants de France), ce dispositif est jugé " trop rigide et bien trop complexe pour une première approche du monde de l'enseignement supérieur". Le syndicat étudiant craint que via ce système, des étudiants se retrouvent "aux portes de l'enseignement supérieur sans aucune inscription pour la rentrée". L'Unef demande donc la "remise à plat du dispositif d'admission post bac" en faveur d'un système "d'inscription simplifié, garantissant l'inscription de tous les lycéens dans l'enseignement supérieur, et permettant le maintien de la mixité sociale dans l'ensemble des universités". Voici un extrait du communiqué de l'Unef publié ce vendredi 4 février 2011.
Du 20 janvier au 31 mai 2011, les lycéens doivent remplir une fiche d'admission post-bac dans laquelle ils inscrivent leurs v?ux d'orientation pour les études supérieures. Pour l'Unef (Union nationale des étudiants de France), ce dispositif est jugé " trop rigide et bien trop complexe pour une première approche du monde de l'enseignement supérieur". Le syndicat étudiant craint que via ce système, des étudiants se retrouvent "aux portes de l'enseignement supérieur sans aucune inscription pour la rentrée". L'Unef demande donc la "remise à plat du dispositif d'admission post bac" en faveur d'un système "d'inscription simplifié, garantissant l'inscription de tous les lycéens dans l'enseignement supérieur, et permettant le maintien de la mixité sociale dans l'ensemble des universités". Voici un extrait du communiqué de l'Unef publié ce vendredi 4 février 2011.
"Nous dénonçons un dispositif trop rigide et bien trop complexe pour une première approche du monde de l'enseignement supérieur.

Premièrement, c'est sa complexité qui pose problème. Les délais sont raccourcis et rigides, il y a des possibilités d'enchevêtrement des choix entre filières sélectives et non sélectives... Le gouvernement prend le risque de laisser de nombreux bacheliers aux portes de l'enseignement supérieur par un dispositif peu lisible et très strict.

Puis, ce système met en place une sélection avant même l'arrivée à l'université, ce qui est inacceptable pour les futurs étudiants, qui doivent conserver leur droit de choisir la filière de leur choix et de choisir leur orientation, tout comme leur avenir.

A côté de la difficulté de la procédure, l'étudiant peut être confronté à différents problèmes : affectation dans une autre formation, dans une université très éloignée de ton domicile, refus d'inscription. Cette procédure rend l'inscription très bancale. Le futur étudiant qui entre dans l'enseignement supérieur n'est pas sûr d'accéder à l'université de son choix, ni à la filière de son choix car la sélection qui est effectuée sur ce site limite non seulement les choix des étudiants mais ne garantie aucunement la satisfaction de l'étudiant face à ses propres choix d'orientation.

L'Unef réaffirme le droit pour tout bachelier de s'inscrire dans la filière de son choix à l'université. L'Unef ne saurait accepter que des étudiants renoncent à leurs choix d'études par manque de lisibilité ou du fait de la rigidité de la procédure.

L'Unef demande à Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur, de garantir le droit pour tout bachelier de s'inscrire dans la filière de son choix, conformément à la loi. L'Unef demande la remise à plat du dispositif "admission post bac ", et la mise en place d'un dispositif d'inscription simplifié, garantissant l'inscription de tous les lycéens dans l'enseignement supérieur, et permettant le maintien de la mixité sociale dans l'ensemble des universités

L'Unef Réunion craint une forte augmentation des difficultés d'inscription cette année et appelle tous les lycéens et leurs familles à faire connaitre au plus vite les difficultés rencontrées lors de la procédure à l'adresse unef974@gmail.com".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !