Conflit entreprise locale - SIDR :

" C'est une question de fierté "


Publié / Actualisé
Alex Mussard, gérant de SAR (Sécurité automatisme Réunion)  conteste l'attribution d'un juteux marché de la SIDR (Société Immobilière du département de la Réunion) de presque 5 millions à une entreprise de Rouen. Débouté le mois dernier par la chambre civile du tribunal de Saint-Denis, il n'en démord pas : pour lui, l'entreprise de Haute Normandie a été favorisée.
Alex Mussard, gérant de SAR (Sécurité automatisme Réunion)  conteste l'attribution d'un juteux marché de la SIDR (Société Immobilière du département de la Réunion) de presque 5 millions à une entreprise de Rouen. Débouté le mois dernier par la chambre civile du tribunal de Saint-Denis, il n'en démord pas : pour lui, l'entreprise de Haute Normandie a été favorisée.
Favoritisme pour l'un, mauvais perdant pour l'autre... Le conflit qui oppose la SIDR à l'entreprise réunionnaise SAR ne passe pas. Alex Mussard, gérant de cette société qui fabrique des portails automatiques dénonce toujours l'attribution d'un juteux marché de la SIDR à une entreprise basée à Rouen.

Au mois de février, le tribunal de grande instance de Saint-Denis a pourtant rejeté sa demande, ainsi que celle de ABF (Automatismes Bourbon fermetures), de relance de la procédure de mise en concurrence pour rupture d'égalité. Le juge a estimé que les preuves de favoritisme n'étaient pas suffisantes.

Pourtant Alex Mussard persiste : DGSI, l'entreprise choisie, est originaire de Haute Normandie, tout comme RCEA, la société d'audit qui a mis en place le marché et attribué les notes... tout comme l'actuel responsable des marchés de la SIDR qui fournit la majorité des logements sociaux dans l'île. Troublantes coïncidences selon lui.

Il est d'autant plus déçu qu'il affirme que suite à une rencontre avec le directeur de la SIDR, celui-ci lui avait promit que la procédure serait relancée. Comptant là-dessus, les sociétés locales qui s'étaient senties lésées n'ont pas fait appel de la décision du juge.

Mais il y a quelques jours, la SIDR a décidé de renoncer à dénoncer le marché pour relancer l'appel d'offres en raison du coût financier et de la lourdeur du processus. L'attribution vient donc d'être signée au profit de DGSI, l'entreprise de Rouen.

" Nous étions suspendus à la décision du tribunal. Puis, nous avons envisagé de relancer le marché pour faire taire la polémique. Mais cela s'est avéré trop difficile car le marché avait été attribué dans les règles, comme l'a confirmé le tribunal. Nous aurions donc été en conflit avec DGSI qui nous aurait demandé des indemnités ", argumente Bernard Hoarau, directeur de la communication de la SIDR.

Ironie du sort, Alex Mussard vient de recevoir une lettre de cette même entreprise lui demandant un devis pour la réalisation de ces portails. Selon le gérant, le marché qui lui est passé sous le nez, lui revient donc finalement sous la forme d'une sous-traitance.

 Pour l'entrepreneur, il s'agit " d'une question de fierté. Si aujourd'hui la SIDR relançait le marché et me demandait de ne pas candidater, je le ferais ", indique-t-il. " Nous sommes aussi capables qu'une entreprise de métropole. En plus nous connaissons les spécificités locales comme l'humidité, les insectes et la corrosion ", conclut-il.

Marine Veith pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !