Environnement - Energies renouvelabes :

La climatisation pourrait venir de la haute mer


Publié / Actualisé
Rafraichir l'air grâce à de l'eau fraiche puisée à 1000 mètres de profondeur, c'est le pari de SWAC (sea water air conditioned) un projet qui prévoit d'ici fin 2013, la réalisation d'un échangeur thermique et d'une station de pompage sur la commune de Saint-Denis à la Jamaïque. Reste encore à boucler le financement.
Rafraichir l'air grâce à de l'eau fraiche puisée à 1000 mètres de profondeur, c'est le pari de SWAC (sea water air conditioned) un projet qui prévoit d'ici fin 2013, la réalisation d'un échangeur thermique et d'une station de pompage sur la commune de Saint-Denis à la Jamaïque. Reste encore à boucler le financement.
La délégation de service publique de ce projet de 128 millions d'euros a été signée le 19 avril 2011 et, la première pierre du chantier pourrait être posée d'ici un an, si les entreprises concernées parviennent à trouver les financements.

" Nous avons franchit une étape importante. La délégation de service publique a été accordée à un groupement d'entreprises : GDF Suez, CDC et Clim Espace, une société qui exploite l'eau de la Seine ", indique Jacques Lowinsky, élu à la mairie de Saint-Denis en charge du développement durable et président du SIDEO (syndicat intercommunal d'exploitation d'eau océanique).

Ces équipements nécessitent la construction d'un bâtiment qui sera implanté en grande partie à l'intérieur de l'enceinte de l'usine de traitement des eaux usées prochainement désaffectée. Le principe ? Une conduite d'eau froide de 5000 mètres enfouie qui doit capter de l'eau à 5° à 1000 m de profondeur. Un système la transforme ensuite en froid pour alimenter les climatiseurs des principales administrations et entreprises, de la ravine Patate à Durand à Saint Denis et de la zone d'activités de la Mare à Sainte Marie.

Sur trois ans, ce procédé permettra de baisser d'environ 20 MW la consommation sur les installations desservies, soit 4% de la puissance installée sur l'île. Le SWAC permettrait ainsi d'économiser une tranche de centrale thermique.

" A cette échelle, ce serait une première mondiale, " affirme par ailleurs Jacques Lowinsky qui indique que seulement quelques projets de ce type existent de par le monde. L'opération répond à un objectif global de maîtrise de l'énergie par la substitution partielle d'une source d'énergie fossile par une source d'énergie renouvelable pour la production de froid.

Selon l'observatoire de l'énergie à la Réunion, depuis 2000, l'augmentation de consommation électrique est de 5% par an. La pression sur la production électrique est plus forte durant la saison chaude au cours de laquelle les installations de climatisation sont le plus utilisées. Il est d'ailleurs habituel que les réunionnais subissent des coupures d'électricité à cette période.

La création du SWAC pourrait ainsi limiter ces phénomènes de pointes et permettre une gestion plus sereine de la production d'électricité de l'île. Il permettrait également de réduire de 75% la facture électrique en comparaison avec un système classique et supprimerait les fluides frigorigènes responsables des gaz à effet de serre.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !