Fondation Abbé Pierre :

Le mal-logement, enjeu de la présidentielle


Publié / Actualisé
La question du mal-logement sera un des enjeux de l'élection présidentielle de 2012. C'est en tout cas le souhait de la fondation Abbé Pierre qui présente ce mardi 31 mai 2011 son 16ème rapport sur l'état du mal-logement en France. Un rapport qualifié de "noir", tant "la situation s'est dégradée avec la crise". La Fondation souhaite désormais interpeler les candidats à la présidentielle pour tenter d'éradiquer ce fléau.
La question du mal-logement sera un des enjeux de l'élection présidentielle de 2012. C'est en tout cas le souhait de la fondation Abbé Pierre qui présente ce mardi 31 mai 2011 son 16ème rapport sur l'état du mal-logement en France. Un rapport qualifié de "noir", tant "la situation s'est dégradée avec la crise". La Fondation souhaite désormais interpeler les candidats à la présidentielle pour tenter d'éradiquer ce fléau.
Entre 1990 et 1999, 22 117 logements sociaux ont été livrés. Entre 2000 et 2009, 13 096 logements sociaux ont été livrés. En 2010, le parc locatif social réunionnais comptait 54 800 logements alors que les bailleurs sociaux enregistraient 22 000 demandes de logements sociaux en attente, soit un déficit de logements équivalent à 42% du parc existant. "Un constat alarmant" pour Christian Ballet, responsable de l'agence régionale de la Fondation Abbé Pierre, qui parle "d'échec des politiques publiques en matière de lutte contre le mal-logement".

Outre la responsabilité de l'Etat, le membre de la Fondation pointe d'abord du doigt la responsabilité du Département. Christian Ballet rappelle qu'en 2008, Nassimah Dindar, présidente du conseil général, et le préfet de l'époque s'étaient prononcés en faveur de la mise en place d'un "plan Marshall" pour le logement prévoyant la création de 5 000 logements par an pendant 6 ans pour rattraper le retard existant. 3 ans après, Christian Ballet fait un premier bilan : "environ 1 000 logements ont été construits chaque année. On est bien loin du compte", s'insurge-t-il. Il ajoute : "s'il y a volonté de prendre à bras le corps la problématique du mal-logement, on n'en prend pas encore le chemin".

La responsabilité des communes est aussi mise en exergue. Pour la première fois, la Fondation Abbé Pierre a dévoilé un chiffre : seules 5 des 24 communes de l'île respectent l'article 55 de la loi SRU qui prévoit l'obligation pour les communes de plus de 3 500 habitants de construire 20% de logements locatifs sociaux. Il s'agit de Saint-Denis, le Port, Bras-Panon, Saint-Benoît et Saint-Pierre.

Saint-Paul, Saint-Joseph et le Tampon par exemple sont loin du compte avec un déficit respectif de 3 701 logements, 1 190 logements et 1 812 logements. La commune qui joue le moins le jeu est Cilaos avec 31 logements sociaux, soit 1,6% du parc locatif imposé par la loi. Pour Christian Ballet, il n'y a qu'une solution: "il faut accroître sans délai la production de logements sociaux". Il évoque notamment l'augmentation des crédits étatiques alloués à la LBU.

L'habitat insalubre est également un cheval de bataille de la Fondation Abbé Pierre. A La Réunion, 18 000 à 26 000 logements seraient dans un état insalubre. "Il faut accélérer et intensifier les actions de résorption des habitations dans les zones urbaines et rurales", propose Christian Ballet qui se dit favorable à une "politique concertée entre l'Etat, le conseil général et les diverses institutions concernées par cette problématique".

Dernier point évoqué par la Fondation Abbé Pierre, l'aide aux personnes qui se retrouvent à la rue et qui sont victimes de l'exclusion. "Il faut augmenter les soutiens financier pour mettre en place davantage de lieux d'accueil de jour des personnes privées de logement", souligne Christian Ballet.

Ces constats et ces propositions sont répertoriés dans le rapport sur le mal-logement présenté par la Fondation Abbé Pierre. Le document a été mis en ligne sur un site spécialement dédié. "Nous invitons tous les Français à s'y exprimer sur le sujet. Toutes les propositions feront l'objet d'une synthèse qui sera présentée aux candidats à l'élection présidentielle de 2012", indique Christian Ballet pour qui l'éradication du mal-logement doit être "une priorité des candidats".

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !