Politique :

Tout savoir sur les sénatoriales


Publié / Actualisé
Les élections sénatoriales auront lieu le 25 septembre 2011. Depuis plusieurs semaines à droite et à gauche les négociations, les tractations et les promesses d'accords vont bon train. L'Alliance a annoncé que Paul Vergès conduira une liste et Michel Vergoz en fera de même pour le PS. Ce qui provoque bien des grincements de dents chez les deux frères ennemis. Le Modem oscille entre une union avec l'Alliance et le soutien à la liste de la sénatrice sortante Anne Marie Payet. À droite, le sortant Jean-Paul Virapoullé a tous les risques de voir l'investiture UMP être finalement attribuée au maire de Saint-Pierre, Michel Fontaine. 4 sièges sont à pourvoir pour ce scrutin où seuls votent de "grands électeurs". Le point en questions - réponses
Les élections sénatoriales auront lieu le 25 septembre 2011. Depuis plusieurs semaines à droite et à gauche les négociations, les tractations et les promesses d'accords vont bon train. L'Alliance a annoncé que Paul Vergès conduira une liste et Michel Vergoz en fera de même pour le PS. Ce qui provoque bien des grincements de dents chez les deux frères ennemis. Le Modem oscille entre une union avec l'Alliance et le soutien à la liste de la sénatrice sortante Anne Marie Payet. À droite, le sortant Jean-Paul Virapoullé a tous les risques de voir l'investiture UMP être finalement attribuée au maire de Saint-Pierre, Michel Fontaine. 4 sièges sont à pourvoir pour ce scrutin où seuls votent de "grands électeurs". Le point en questions - réponses
* Qui sont les candidats déclarés ou susceptibles de l'être pour les sénatoriales à La Réunion ?

À gauche, Paul Vergès conduira une liste. Gélita Hoarau, sénatrice sortante sera en deuxième position et le Modem Michel Dennemont, maire et conseiller général Modem des Avirons, occupera la troisième place. Rappelons que Paul Vergès avait été élu sénateur en 2001. Il avait siégé jusqu'en 2005 où il avait démissionné à la suite de son élection au Parlement européen. ll avait été remplacé par Gélita Hoarau.

Du côté du Parti socialiste, Michel Vergoz a été désigné comme étant le candidat des socialistes lors du conseil fédéral du 11 juin dernier. Cette décision devra être entérinée par les militants le 23 juin prochain avant d'être définitivement validée par les instances du parti le 25 juin.

Le Modem devrait quant à lui trancher entre deux candidats, à savoir Anne-Marie Payet, la sénatrice sortante qui s'est déjà déclarée candidate, et Michel Dennemont qui est donc déjà candidat sur la liste de l'Alliance. Pronfond dilemme pour Thierry Robert, maire de Saint-Leu et chef de file du Modem. Et pour cause, son soutien éventuel à la liste d'Anne-Marie Payet serait vu d'un mauvais ?il par l'Alliance. Risqué pour le maire saint-leusien. Il brigue un mandat de député en 2012 et il sera compliqué pour lui de se passer de l'appui de l'Alliance.

A droite, Jean-Paul Virapoullé s'est déjà déclaré candidat à sa propre succession. Il se retrouvera face à Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre et président de l'UMP sur l'île. Les deux hommes forts de la droite locale battent déjà la campagne. Le nom du candidat investi officiellement par l'UMP sera connu le 26 juin prochain. Michel Fontaine est donné favori. L'Élysée aurait l'aurait même déjà choisi et une majorité de grands électeurs de droite, trop heureuse de régler de vieux comptes avec le sénateur sortant, annonce soutenir le maire saint-pierrois. Reste à voir si en cas de non investiture, Jean-Paul Virapoullé maintiendra malgré tout sa candidature.

* Qui sont les sénateurs sortants de La Réunion ?

La Réunion compte actuellement 3 représentants au Sénat : Jean-Paul Virapoullé (UMP), Anne-Marie Payet (Modem) et Gélita Hoarau (PCR) qui a remplacé Paul Vergès en 2005 à l'issue de son élection en 2004 en tant que député européen.

* Combien de sièges sont à porvoir lors de ces élections ?

Pur toute la France 170 sièges de sénateurs sont à renouveler et 5 sièges sont crées lors de ce scrutin. Pour La Réunion, les 3 sièges sont concernés par le renouvellement. S'ajoute un siège complémentaire qui a été créé pour tenir compte de l'évolution démographique sur l'île. A l'issue de ces élections, le Sénat comptera 348 sièges (contre 343 actuellement).

* Quels sont les enjeux de ces élections ?

En tenant compte de la représentativité des grands électeurs, il semble acquis que l'UMP, le PS et le PCR obtiendront chacun un siège. Reste à voir à qui reviendra le dernier siège. Sur ce point, rien n'est encore joué, la droite et la gauche étant pour l'heure divisées. L'autre enjeu de ce scrutin a un caractère national. Pour la première fois depuis le début de la Vème République, en 1958, le Sénat pourrait basculer à gauche. D'où l'importance que revêt le gain du 4ème siège de sénateur réunionnais.

* Qui peut se présenter à ces élections ?

Tout candidats aux sénatoriales doit être âgé de 24 ans au moins depuis la loi du 14 avril 2011 (contre trente ans auparavant). Il doit avoir satisfait aux obligations du service national, disposer de la capacité civile (ne pas être sous tutelle ou curatelle), ne pas être frappé d'une condamnation empêchant de s'inscrire sur une liste électorale ou de se porter candidat à une élection.

* Qui élit les sénateurs ?

Les élections sénatoriales se font au suffrage universel indirect. Ce n'est pas le citoyen lambda qui élit les sénateurs mais des "grands électeurs". Il s'agit des députés, des conseillers régionaux, des conseillers généraux et des délégués des conseils municipaux qui représentent la très grande majorité des grands électeurs. Pour les communes, le nombre de délégués dépend de la taille des communes (moins de 9 000 habitants, plus de 9 000 habitants et plus de 30 000 habitants). A La Réunion, on compte près de 1 200 grands électeurs.

* Comment se déroulent ces élections ?

Dans les circonscriptions où sont élus 4 sénateurs ou plus comme à La Réunion, l'élection se fait à la représentation proportionnelle par liste. Ce mode de scrutin permet d'accorder des sièges à chaque liste en fonction du nombre de voix obtenues.

* Qu'est ce que le Sénat ?

Le Sénat constitue la chambre haute du Parlement français. Tout comme l'assemblée nationale, il détient le pouvoir législatif. En vertu de l'article 24 de la Constitution de la Ve République, il est le représentant des collectivités territoriales et, avec l'Assemblée nationale, des Français établis hors de France. Il siège au palais du Luxembourg et il est présidé par Gérard Larcher (UMP). Le Sénat compte actuellement 343 sénateurs. D'abord élus pour 9 ans, leur mandat est désormais de six ans depuis une réforme de 2003. Les élections sont organisées tous les trois ans et concernent la moitié des sièges à partir de cette année.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !