Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique :

Paul Vergès reçu au ministère de l'écologie


Publié / Actualisé
À l'occasion de la visite en France du Président du GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), Rajendra Pachauri, Prix Nobel de la Paix, Paul Vergès, président de l'observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) a été reçu cette semaine à Paris par la ministre de l'Écologie, Nathalie Kosciusko Morizet. Au coeur des débats: la négociation climatique et l'action de la France, notamment en matière d'adaptation.
À l'occasion de la visite en France du Président du GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), Rajendra Pachauri, Prix Nobel de la Paix, Paul Vergès, président de l'observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) a été reçu cette semaine à Paris par la ministre de l'Écologie, Nathalie Kosciusko Morizet. Au coeur des débats: la négociation climatique et l'action de la France, notamment en matière d'adaptation.
Selon le président de l'ONERC, "la sous-estimation de la révolution démographique, combinée aux effets du réchauffement climatique, peuvent être des menaces". Il note que "La Réunion doit, par ailleurs, s'impliquer en avant dans la mise en ?uvre de politiques d'adaptation". "Il n'est pas responsable de projeter la construction d'infrastructures ou de définir une politique d'aménagement du territoire sans tenir compte de l'élévation quasi certaine aujourd'hui du niveau de l'océan", souligne-t-il.

À noter que dans le cadre de la loi Vergès, un plan national d'adaptation en matière d'adaptation au changement climatique a également été présenté par la ministre de l'écologie.

Par ailleurs, une importante session du GIEC, réunissant plus de 150 experts du monde entier s'est ouverte à Brest le lundi 18 juillet. Lors de cette session, présidée par Paul Vergès et Serge Lepeltier, ambassadeur à l'Environnement chargé des négociations climatiques, l'expérimentation à La Réunion et en Martinique en matière d'énergie thermique des mers a été présentée.

Rappelons que le Sommet de Durban se tiendra au mois de novembre prochain. Il intervient comme une nouvelle étape dans le processus des négociations internationales sur le changement climatique qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre et à enrayer le phénomène du réchauffement planétaire.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !