Harcèlement moral dans l'académie :

La CGTR Educ'action appelle le recteur à réagir


Publié / Actualisé
Les cas de harcèlements moraux se multiplient dans l'académie de La Réunion et le rectorat ne réagit pas. C'est le constat dressé par Patrick Corré, secrétaire général à la CGTR Educ'Action, qui souhaite mobiliser l'ensemble du personnel de l'éducation nationale sur cette question.
Les cas de harcèlements moraux se multiplient dans l'académie de La Réunion et le rectorat ne réagit pas. C'est le constat dressé par Patrick Corré, secrétaire général à la CGTR Educ'Action, qui souhaite mobiliser l'ensemble du personnel de l'éducation nationale sur cette question.
"Zéro pointé", c'est la note que donne Patrick Corré au recteur Mostafa Fourar pour sa politique de lutte contre le harcèlement moral du personnel de l'éducation nationale. Selon le syndicaliste, "les cas de harcèlement se multiplient et le rectorat ne réagit pas". En cas de harcèlement moral, les fonctionnaires peuvent demander une protection du rectorat.

"L'académie de La Réunion préfère déplacer leur fonctionnaire harcelés plutôt que de s'attaquer à l'auteur du harcèlement", note Patrick Corré qui dénonce "une surprotection des supérieurs hiérarchiques". "Au mieux le recteur ignore ce qui se passe, au pire c'est un complice passif de ces harcèlements et il fait donc preuve de non assistance à personne en danger", lance-t-il.

Ce constat établi, Patrick Corré demande au recteur de mener un audit sur les risques psychosociaux et les questions de souffrance au travail. "Nous ne voulons pas d'un syndrome France Télécom à La Réunion", martèle le syndicaliste.

   

Mots clés :

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !