Grève des finances publiques :

Les syndicats protestent contre le manque d'effectif


Publié / Actualisé
Les organisations syndicales des finances publiques de l'île se sont mobilisées ce jeudi 1er septembre 2011, à Saint-Denis. Réunis devant la Trésorerie du chef-lieu, ils étaient une bonne trentaine pour protester contre les suppressions d'emploi et faire part de " la situation inacceptable dans les centres de finances publiques à l'approche du début de la période des échéances fiscales ", signale Pierrick Ollivier, secrétaire départemental de la CGTR-Finances publiques.
Les organisations syndicales des finances publiques de l'île se sont mobilisées ce jeudi 1er septembre 2011, à Saint-Denis. Réunis devant la Trésorerie du chef-lieu, ils étaient une bonne trentaine pour protester contre les suppressions d'emploi et faire part de " la situation inacceptable dans les centres de finances publiques à l'approche du début de la période des échéances fiscales ", signale Pierrick Ollivier, secrétaire départemental de la CGTR-Finances publiques.
" Nous sommes en septembre, nous nous rapprochons de la période des échéances fiscales, ce qui va engendrer une affluence énorme aux guichets des centres de finances publiques ", explique Pierrick Ollivier. " Malheureusement, nous sommes en manque d'effectif et les usagers qui viennent payer leurs impôts ou signaler une erreur seront nombreux. Encore une fois, les files d'attente seront interminables, les usagers devront parfois même patienter sous un soleil de plomb, et notre effectif est en diminution, ce qui provoquera le mécontentement de la population ", ajoute-t-il.

Le délégué syndical prévoit " une période très lourde pour les effectifs qui seront incapables d'accueillir les usagers ". Pierrick Ollivier signale que 10 postes ont été supprimés cette année, et que la suppression d'emploi va se poursuivre. " Avec moins de personnel, les dossiers prennent plus de temps à être traités, l'accueil devient catastrophique et la situation peut rapidement tourner au drame ", indique-t-il, rappelant qu'un usager mécontent avait tiré sur un agent au Tampon il y a quelques mois.

" La situation est inacceptable et le système administratif va imploser ", surenchérit Pascal Valiamin, secrétaire départemental du SNUI Sud - Trésor. " Le mécontentement des usagers est répercuté en premier lieu sur les agents d'accueil, pour lesquels les conditions de travail deviennent insoutenables ", explique-t-il.

" Nous souhaitons encore une fois alerter la direction de la trésorerie sur les différents problèmes des centres de finances publiques et réclamer la création de postes ", a déclaré Pierrick Ollivier.

Samia Omarjee pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !