Opération "Cadets du RSMA" de La Réunion :

Premier bilan "positif"


Publié / Actualisé
Depuis le 3 mai 2011, le régiment du Service militaire adapté de La Réunion accueille quinze jeunes en rupture sociale et scolaire dans le cadre du dispositif expérimental, "les cadets du RSMA-R". Afin de faire un premier bilan de ce dispositif, une réunion s'est tenue, le mardi 27 septembre au quartier Ailleret à Saint-Denis, en présence de Richard-Daniel Boisson, sous-préfet chargé de la Cohésion sociale et de la Jeunesse, Valérie Benard, 6ème vice-présidente du conseil régional, Moise Nice, président de l'AFPAR, Gaëlle Vergez, responsable du service Mobilité Insertion Jeunes du conseil général, et du colonel Bernard Rey, chef de corps du RSMA-R. Selon les différents acteurs présents, "l'impact de ce partenariat est extrêmement positif".
Depuis le 3 mai 2011, le régiment du Service militaire adapté de La Réunion accueille quinze jeunes en rupture sociale et scolaire dans le cadre du dispositif expérimental, "les cadets du RSMA-R". Afin de faire un premier bilan de ce dispositif, une réunion s'est tenue, le mardi 27 septembre au quartier Ailleret à Saint-Denis, en présence de Richard-Daniel Boisson, sous-préfet chargé de la Cohésion sociale et de la Jeunesse, Valérie Benard, 6ème vice-présidente du conseil régional, Moise Nice, président de l'AFPAR, Gaëlle Vergez, responsable du service Mobilité Insertion Jeunes du conseil général, et du colonel Bernard Rey, chef de corps du RSMA-R. Selon les différents acteurs présents, "l'impact de ce partenariat est extrêmement positif".
À noter qu'une convention tripartite entre le Conseil régional, l'AFPAR et le RSMA-R a été signée à l'issue de cette réunion. Elle établit une coopération dans le domaine de la formation professionnelle des futurs cadets du RSMA-R. Une extension du dispositif à d'autres métiers comme celui du service en restauration est envisagée, tout comme le doublement des effectifs dès 2012, passant de 15 à 30.

Pendant 10 mois, ces quinze jeunes suivent une formation d'aide-cuisiniers, au sein d'une compagnie de formation professionnelle au quartier Suacot à Saint-Pierre. À partir du mois de mars 2012, ils poursuivront leur cursus professionnel en cuisine au centre AFPAR de Saint-André. Cursus qui se terminera en août 2012.

À l'issue de ces 18 mois, les cadets se verront alors remettre un diplôme de titre professionnel de niveau 5 cuisine. Ce qui équivaut à un CAP ou BEP.

L'objectif ce cette opération est de lutter contre le décrochage scolaire mais aussi permettre à ces jeunes de s'insérer, à terme, dans le monde du travail.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !