Police nationale :

Des agents apprennent le langage des signes


Publié / Actualisé
La délégation au recrutement et à la formation de la Police nationale (DRFPN) a organisé pour la première fois à La Réunion, un stage sur l'utilisation de la langue des signes, dispensé aux policiers des directions départementales de la sécurité publique et de la police aux frontières. L'objectif : favoriser une meilleure prise en charge des personnes sourdes et malentendantes au moment de leur accueil dans les services de police. La formation, d'une durée de trois jours, a été animée par l'ARPEDA (association réunionnaise des parents et enfants déficients auditifs).
La délégation au recrutement et à la formation de la Police nationale (DRFPN) a organisé pour la première fois à La Réunion, un stage sur l'utilisation de la langue des signes, dispensé aux policiers des directions départementales de la sécurité publique et de la police aux frontières. L'objectif : favoriser une meilleure prise en charge des personnes sourdes et malentendantes au moment de leur accueil dans les services de police. La formation, d'une durée de trois jours, a été animée par l'ARPEDA (association réunionnaise des parents et enfants déficients auditifs).
"Notre vocation était d'initier les policiers en charge de l'accueil des personnes au langage des signes, pour qu'il y ait moins de difficultés pour les personnes concernées à se faire comprendre", explique André Alfonsi, adjoint au chef de la DRFPN. Pendant trois jours, ce sont 14 agents de la Police nationale qui ont bénéficié de cette formation par le biais de différents ateliers.

Grâce à ce stage, ces policiers possèdent maintenant quelques bases pour échanger plus facilement avec les sourds et les malentendants, et améliorer la qualité de la prise en charge des déficients auditifs. La DRFPN espère pouvoir reconduire la formation à l'avenir.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !