Visite de la présidente du Front National :

Deux policiers d'élite pour protéger Marine Le Pen


Publié / Actualisé
La présidente du Front National, Marine Le Pen, attendue mardi 7 février 2012 à la Réunion, sera accompagnée par deux policiers du GIPN, une protection d'élite qui lui est accordée en tant que personnalité sensible, a-t-on appris de source policière. De leur côté, les candidats officiels à l'élection présidentielle bénéficient de la défense du SDIG (service départemental de l'information générale) mais la candidate frontiste n'a pas encore récolté les parrainages nécessaires.
La présidente du Front National, Marine Le Pen, attendue mardi 7 février 2012 à la Réunion, sera accompagnée par deux policiers du GIPN, une protection d'élite qui lui est accordée en tant que personnalité sensible, a-t-on appris de source policière. De leur côté, les candidats officiels à l'élection présidentielle bénéficient de la défense du SDIG (service départemental de l'information générale) mais la candidate frontiste n'a pas encore récolté les parrainages nécessaires.
Un collectif, composé d'associations et " de simples citoyens " a déjà été composé. Baptisé " Domon contre la démagogie et le populisme ", il a promis de parasiter le séjour de la candidate. Opposé à la venue de Marine Le Pen à la Réunion qu'il accuse de tenir " un discours démagogique (...) qui n'a pas lieu d'être à la Réunion ", il a cependant assuré vouloir mener des actions pacifiques. Mais sur internet, une page appelant à lui lancer des ?ufs à son arrivée à été créée.

Mercredi, la présidente du Front National sera reçue à la Chambre de Commerce puis à la Chambre des Métiers. La candidate à l'élection présidentielle qui n'a pas encore réuni les parrainages nécessaires à sa candidature officielle a fait de la défense des petites entreprises locales un pendant de sa doctrine protectionniste et anti-immigration.

Lors de sa venue au mois de juillet 2006, la candidate à l'élection présidentielle avait été chahutée dès son arrivée à l'aéroport où un cordon d'une dizaine de policiers avait rapidement été enfoncé par les quelques manifestants venus protester contre sa venue. Elle animait un séminaire de formation des cadres du Front National local. Durant son séjour, des musiciens avaient joué du djumbé sous les fenêtres de son hôtel.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !