Coupures d'eau :

Les agriculteurs du Sud ont obtenu satisfaction


Publié / Actualisé
Une délégation d'une trentaine d'agriculteurs, menée par la CGPER (confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion), a été reçue au conseil général ce jeudi 1er mars 2012. Depuis ce mardi 28 février, une cinquantaine d'entre eux manifestait devant les locaux de la Saphir (Société agricole périmètre hydraulique île de La Réunion) à Saint-Pierre. Mécontents, ils s'estimaient notamment pénalisés par les coupures d'eau mises en place actuellement dans cinq communes de l'île. Selon Jean-Bernard Maratchia, vice-président de la CGPER, le conseil général a assuré des mesures d'urgences ainsi que des mesures à moyen et long terme. Il se dit "satisfait".
Une délégation d'une trentaine d'agriculteurs, menée par la CGPER (confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion), a été reçue au conseil général ce jeudi 1er mars 2012. Depuis ce mardi 28 février, une cinquantaine d'entre eux manifestait devant les locaux de la Saphir (Société agricole périmètre hydraulique île de La Réunion) à Saint-Pierre. Mécontents, ils s'estimaient notamment pénalisés par les coupures d'eau mises en place actuellement dans cinq communes de l'île. Selon Jean-Bernard Maratchia, vice-président de la CGPER, le conseil général a assuré des mesures d'urgences ainsi que des mesures à moyen et long terme. Il se dit "satisfait".
Jean-Bernard Maratchia indique que ces mesures d'urgences consistent en une aide sur les engrais pour les planteurs et maraîchers se trouvant dans le périmètre irrigué mais aussi en une aide de 25% sur la facture d'eau consommé au mois d'août. Le vice-président de la CGPER indique également que le captage du Bras de la Plaine devrait être sécurisé et qu'une station de traitement pour l'eau potable devrait être mise en place. "Nous attendons maintenant que cela soit acté en commission permanente du conseil général", ajoute-t-il.

Pour rappel, les agriculteurs du Sud demandaient au conseil général, principal actionnaire de la Saphir, de mettre en place des mesures exceptionnelles afin de compenser les pertes subies suite à la non-irrigation de leur exploitation. En cause, l'arrêt du captage du Bras de la Plaine et la mise en place d'un plan de coupure dans cinq communes du Sud. Mécontents, les agriculteurs avaient bloqué les locaux de la Saphir depuis mardi.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !