Section de La Réunion des Droits de l'Homme :

"Oui à l'égalité entre hommes et femmes"


Publié / Actualisé
Ce jeudi 8 mars 2012 est placé sous le signe de la lutte pour les droits des femmes. À l'occasion, la section de La Réunion de la ligue des Droits de l'Homme (LDH) appelle les Réunionnais et les Réunionnaises à se mobiliser "là où des manifestations sont organisées afin de faire avancer la cause des femmes" mais aussi dire "oui à l'égalité entre hommes et femmes" et "non aux discriminations". La section réunionnaise estime que "cette journée ne doit pas être l'occasion de festivités plus ou moins récupérées politiquement, ou à des fins commerciales, mais une journée de mobilisation démocratique".
Ce jeudi 8 mars 2012 est placé sous le signe de la lutte pour les droits des femmes. À l'occasion, la section de La Réunion de la ligue des Droits de l'Homme (LDH) appelle les Réunionnais et les Réunionnaises à se mobiliser "là où des manifestations sont organisées afin de faire avancer la cause des femmes" mais aussi dire "oui à l'égalité entre hommes et femmes" et "non aux discriminations". La section réunionnaise estime que "cette journée ne doit pas être l'occasion de festivités plus ou moins récupérées politiquement, ou à des fins commerciales, mais une journée de mobilisation démocratique".
Selon la LDH, "la conquête de l'égalité effective des droits pour les femmes se heurte aujourd'hui à une violence économique, sociale et politique alors que nos comportements sont encore largement marqués par le sexisme". "Dans notre île en particulier, hommes et femmes sont chaque jour plus nombreux à être touchés par les pertes d'emplois, le chômage et la précarité, par les atteintes portées aux services publics, au système de protection social et de santé, mais encore au manque de logements sociaux", indique-t-elle.

La section réunionnaise estime que "les politiques conduites rendent la vie des femmes toujours plus difficile parce qu'elles vont devoir pallier les carences de services publics" ou encore "parce qu'elles vont devoir se débrouiller pour trouver un centre d'IVG (interruption volontaire de grossesse)". La section note aussi que les femmes doivent "compter et recompter un salaire insuffisant pour faire face à leur quotidien" et que "les femmes étrangères se trouvent spécialement stigmatisées et précarisées".
"En France, et à la Réunion en particulier, les droits des femmes sont inscrits dans les lois, mais ils ne sont pas appliqués. La promesse républicaine de l'égalité reste inaccomplie", poursuit-elle.

Enfin, la LDH veut interpeller les candidats et candidates aux prochaines élections, présidentielles et législatives sur leurs engagements et propositions "pour rendre effective l'égalité des droits". "Travail, salaires, carrière, justice, représentation électorale, partage de l'éducation des enfants et des tâches ménagères : il y a tant à faire et à conquérir. Cette égalité, nous en avons plus que jamais besoin, toutes et tous, face aux discriminations, aux risques de régression sociale, et aux menaces d'asphyxie démocratique", souligne la section de La Réunion de la ligue des Droits de l'Homme.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !