Tempête tropicale modérée Irina :

Le bilan s'alourdit à Madagascar


Publié / Actualisé
Selon un dernier bilan provisoire du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), la tempête tropicale modérée Irina a fait au moins 72 morts. La plupart des victimes habitaient le district d'Ifanadiana, situé dans le sud-est de l'île.
Près de 78 000 personnes sont également sinistrées. 
C'est la deuxième tempête meurtrière de la saison, Giovanna ayant fait 35 morts, 284 blessés et près de 250.000 sinistrés.


Selon un dernier bilan provisoire du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), la tempête tropicale modérée Irina a fait au moins 72 morts. La plupart des victimes habitaient le district d'Ifanadiana, situé dans le sud-est de l'île.
Près de 78 000 personnes sont également sinistrées. 
C'est la deuxième tempête meurtrière de la saison, Giovanna ayant fait 35 morts, 284 blessés et près de 250.000 sinistrés.


Pour rappel, Irina a traversé le nord de la Grande Île le dimanche 26 février. La tempête s'est ensuite doublée d'un système d'intenses précipitations qui se sont abattues sur le sud-est pendant une semaine, indique l'Agence France Presse (AFP). Des intempéries qui ont fait 72 morts, un blessé, trois disparus et 77 911 sinistrés. Plus de 1 300 habitations ont, elles, été totalement détruites.

Par ailleurs, selon l'AFP, une aide d'urgence en vivres, médicaments et logistique a pu être apportée depuis ce mardi 6 mars grâce à des équipes de secours pré-positionnées bien avant les intempéries. Ces équipes devraient être renforcées dans les prochains jours.

À noter que la Grande île est régulièrement éprouvée par les tempêtes. En février 2011, le cyclone Bingiza, arrivé par la côte Est, avait traversé le Nord pour ensuite faire demi-tour et traverser le sud de l'île faisant au moins 34 morts, 11 disparus et 216.000 sinistrés.
En 2010, la tempête tropicale Hubert avait causé la mort d'au moins 83 personnes, sans compter 34 disparus et près de 187.000 sinistrés.


A Madagascar, la saison cyclonique dure de novembre à février et fait des victimes tous les ans. Les bilans mettent en général du temps à parvenir aux autorités, en raison de communications rendues difficiles.




   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !