Législatives :

La CGTR Educ'action interpelle les candidats


Publié / Actualisé
Après avoir interpellé le nouveau ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, la CGTR Éduc'action lance un "appel à tous les candidats locaux" aux élections législatives afin que ces derniers intègrent dans leur plateforme "l'exigence d'un gel des suppressions de postes et la mise en oeuvre d'un plan de rattrapage pour l'académie de La Réunion. "Qu'ils prennent l'engagement de défendre et porter cette exigence auprès des pouvoirs publics", réclame l'organisation syndicale.
Après avoir interpellé le nouveau ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, la CGTR Éduc'action lance un "appel à tous les candidats locaux" aux élections législatives afin que ces derniers intègrent dans leur plateforme "l'exigence d'un gel des suppressions de postes et la mise en oeuvre d'un plan de rattrapage pour l'académie de La Réunion. "Qu'ils prennent l'engagement de défendre et porter cette exigence auprès des pouvoirs publics", réclame l'organisation syndicale.
Pour la CGTR Éduc'action, "La Réunion doit trouver toute sa place dans le plan d'urgence annoncé par le ministre de l'éducation pour la prochaine rentrée de septembre 2012". "Trouver toute sa place, c'est avoir une place toute particulière dans le cadre d'un plan d'urgence prévu tant nous souffrons d'importants retards structurels et pédagogiques et d'une indiscutable singularité en terme de sous encadrement en emplois publics", souligne le syndicat.

Le syndicat rappelle, ensuite, que "la décision, prise par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, de nouvelles suppressions de postes pour la prochaine rentrée, va considérablement dégrader, si aucune mesure corrective n'est prise, une situation déjà plus que catastrophique". "Ici plus qu'ailleurs, cette nouvelle saignée d'emploi va avoir des conséquences désastreuses alors que l'éducation, dans une île sinistrée par le chômage et la précarité, devrait pourtant être une priorité, pour ne pas dire la priorité", poursuit-il.

"Dans l'intérêt bien compris de la sauvegarde de notre système éducatif, il appartient désormais à chaque candidat de se positionner et d'agir en conséquence", termine la CGTR Éduc'action.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !