Évasion de Juliano Verbard de la prison de Domenjod (actualisé à 18h15) :

2ème semaine de procès


Publié / Actualisé
Le procès de l'évasion de Juliano Verbard de la prison de Domenjod a repris ce mardi 29 mai 2012 devant la cour d'assises de Saint-Denis. Depuis ce matin, la cour se penche sur les faits et plus précisément, sur le détournement de l'hélicoptère. Pour rappel, Juliano Verbard et treize autres membres de la secte "C?ur douloureux et immaculé de Marie" sont jugés pour évasion, séquestration et détournement d'aéronef.
Le procès de l'évasion de Juliano Verbard de la prison de Domenjod a repris ce mardi 29 mai 2012 devant la cour d'assises de Saint-Denis. Depuis ce matin, la cour se penche sur les faits et plus précisément, sur le détournement de l'hélicoptère. Pour rappel, Juliano Verbard et treize autres membres de la secte "C?ur douloureux et immaculé de Marie" sont jugés pour évasion, séquestration et détournement d'aéronef.
Jusqu'à ce vendredi 1er juin, jour où le délibéré est attendu, les témoignages vont se succéder afin de mieux cerner le rôle de chacun des accusés. Ce matin, Jean-René Gens, l'un des membres du commando, s'est exprimé à la barre. S'il dit comprendre le traumatisme du pilote et du mécanicien, ce dernier a essayé de se dédouaner, affirmant lui aussi avoir subi un traumatisme au moment de son arrestation.

Lucie Michel a, elle, indiqué, qu'elle ne voulait pas faire porter le chapeau à sa fille Graziella Michel, dont elle a affirmé avoir averti un mois avant les faits. Elle a également souligné qu'elle avait cru en une protection divine.

Pour sa part, Guillaume Maillot, qui comparait libre, a nié être le cerveau de l'évasion, pointant du doigt Graziella Michel, comme étant la principale instigatrice. Il a également raconté avoir fait un vol préparatoire avec Jean-René Gens et avoir trouvé une photo aérienne de la prison sur internet.

À noter qu'à l'ouverture de la séance, le bâtonnier George André Hoarau a demandé à ce que les accusés remettent les perruques utilisées au moment du détournement de l'hélicoptère.

Dans l'après-midi, les auditions de témoins se sont poursuivies. Appelée à la barre, Graziella Michel a affirmé qu'elle n'avait fait que recherché des maisons, et non donner des ordres, en soulignant que chacun avait une tâche sans connaître celle des autres.

Sonia Flore, Christiane Mainguet, Anissa Gens ont également été entendues.

Demain mercredi débute le réquisitoire.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !